البوابةاليوميةس .و .جبحـثالأعضاءالتسجيلدخولالرئيسية
المواضيع الأخيرة
» L'interview...Production écrite
السبت 14 أكتوبر 2017, 16:07 من طرف abdelhalim berri

» خطاب العرش 30 يوليوز 2017 المملكة المغربية
الأحد 30 يوليو 2017, 00:24 من طرف abdelhalim berri

» Antigone
الثلاثاء 18 يوليو 2017, 18:01 من طرف abdelhalim berri

» هذه هي الحياة
الأربعاء 21 يونيو 2017, 03:58 من طرف Ismail kamal 1

»  تتويج الوداد البيضاوي بالبطولة 19
الجمعة 16 يونيو 2017, 02:09 من طرف abdelhalim berri

»  تعثرت البغلة....يا عمر
الثلاثاء 13 يونيو 2017, 22:54 من طرف abdelhalim berri

» ضعف الايمان
الإثنين 17 أبريل 2017, 02:34 من طرف abdelhalim berri

» مغربي الهوية و افتخر
الإثنين 17 أبريل 2017, 02:34 من طرف abdelhalim berri

» حكومة د . سعد الدين العثماني بعد تعيينها من طرف الملك محمد السادس نصره الله
الخميس 06 أبريل 2017, 13:33 من طرف abdelhalim berri

» La boîte à merveilles : Ahmed Sefrioui
الأربعاء 29 مارس 2017, 12:06 من طرف ouma 2

بحـث
 
 

نتائج البحث
 

 


Rechercher بحث متقدم
احصائيات
هذا المنتدى يتوفر على 8720 عُضو.
آخر عُضو مُسجل هو ahmedprof فمرحباً به.

أعضاؤنا قدموا 86929 مساهمة في هذا المنتدى في 16914 موضوع
التبادل الاعلاني
احداث منتدى مجاني
روابط مهمة
Maroc mon amour

خدمات المنتدى
تحميل الصور و الملفات

شاطر | 
 

 La Poudre aux yeux Acte I---Scènes 7-8-9-10-11-12

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
abdelhalim berri
المدير العام
المدير العام
avatar

الإسم الحقيقي : Abdelhalim BERRI
البلد : Royaume du Maroc

عدد المساهمات : 17493
التنقيط : 70729
العمر : 57
تاريخ التسجيل : 11/08/2010
الجنس : ذكر

مُساهمةموضوع: La Poudre aux yeux Acte I---Scènes 7-8-9-10-11-12    الأحد 27 فبراير 2011, 21:00

Eugène Labiche


Le titre de
la pièce de théâtre :



La Poudre aux
yeux

ACTE I
Scène VII


Malingear, Ratinois; puis
Un Domestique en livrée de chasseur.



Malingear, seul. - Elle
est très forte, ma femme! (Criant.) Faites entrer le numéro 16!



Alexandrine, ouvrant la
porte de gauche et appelant. - Le numéro 16!



Ratinois, entrant et à
part. - En voilà une séance! trois quarts d'heure d'antichambre!...



Malingear, sans le
regarder et écrivant. - Asseyez-vous!



Ratinois. - Monsieur, je
vous remercie!... (Il s'assied. A part.) Il écrit une ordonnance! C'est
joliment meublé, ici!...



Malingear, écrivant
toujours et sans le regarder. - Asseyez-vous!



Ratinois. - Je vous
remercie, c'est fait! (A part.) Ah çà! je me porte comme le Pont-Neuf...
Qu'est-ce que je vais luis conter?



Malingear, quittant la
plume et se retournant vers Ratinois. - Voyons, qu'est-ce que vous avez?



Ratinois. - Monsieur,
depuis huit jours environ...



On frappe plusieurs coups
avec la main à la porte de gauche.



Malingear, criant. - C'est
bien, attendez! (A part.) C'est ma femme qui frappe pour faire croire qu'il y a
du monde!...



Ratinois, à part. - Le 17
qui s'impatiente!



Malingear. - Je vous
écoute.



Ratinois. - Monsieur,
depuis huit jours... quand je dis huit jour, il y en a neuf...je suis allé à
Saint-Germain par le chemin de fer et revenu de même. En rentrant chez moi, ma
femme me dit: "Comme tu es rouge!... Est-ce que tu es malade?..." Je
lui réponds: "Je ne suis pas positivement malade... mais je me sens comme
ci, comme ça..." Et j'ai pris un bain de pieds... Voilà comment ça m'est
venu!



Malingear, à part. - Il a
l'air d'un brave homme! (Haut, se levant.) Et qu'éprouvez-vous?



Ratinois; embarrassé. -
Mon Dieu, bien des petites choses... tantôt d'un côté... tantôt de l'autre.



Malingear. - Pas de
douleurs de tête?



Ratinois. - Non.


Malingear. - L'estomac?...


Ratinois. - Excellent.


Malingear. - Le ventre?...


Ratinois. - Très bien.


Malingear. - Voyons le
pouls?



Il lui prend la main


Ratinois, à part. - Oh!
a-t-il une belle chaîne! Je n'en ai jamais vu de si grosse!...



Malingear, à part, avec
satisfaction. - Il regarde ma chaîne!...



Ratinois, à part. - On
voit tout de suite que ce n'est pas un petit roquet de médecin courant après la
pratique!



Malingear, appliquant son
oreille contre le dos de Ratinois. - Respirez... fort! très fort!...



Ratinois, à part, se
levant. - Je suis curieux de savoir quelle maladie il va me trouver!



Malingear. - Cela suffit;
je vois très clairement votre affaire.



Ratinois. - Ah! (A part.)
Il va me couvrir de sangsues!...



Malingear. - Mon cher
monsieur, vous n'avez absolument rien!



Ratinois. - Hein?... (A
part.) Il est très fort!... Ah! mais très fort!...



Malingear, se mettant à
son bureau et écrivant. - Je vais vous prescrire un petit régime!



Un chasseur, en grande
livrée, entrant par le fond. - Monsieur!



Malingear. - Qu'est-ce que
c'est? (A part.) D'où sort-il, celui-là?



Ratinois, à part. - Il a
un chasseur!



Le chasseur, présentant
une lettre sur un plat d'argent. - C'est une lettre qu'on apporte de la part de
madame la duchesse de Montefiascone.



Malingear, prenant la
lettre, très étonné. - Pour moi!... (A part.) Je ne connais pas!



Il se lève.


Ratinois, à part. - Il
soigne des duchesses!...



Malingear, regardant la
lettre et à part. - Tiens, l'écriture de ma femme!... (A Ratinois.) Vous
permettez?...



Ratinois. - Faites donc!


Malingear, à part, lisant.
- "Lis cette lettre tout haut." (Parlé.) Ah! il faut lire! (Lisant
très haut.) "Cher docteur, je vous dois la vie..."



Ratinois, à part. - Eh
bien, j'aurais confiance dans cet homme-là, moi.



Malingear, lisant. -
"Jamais je ne pourrai m'acquitter envers vous. Permettez-moi de vous
envoyer ces quatre mille francs, comme un faible témoignage de mon inaltérable
gratitude."



Ratinois, à part. - Quatre
mille francs! d'un seul coup!



Malingear, à part, mettant
les billets dans sa poche. - Ce sont ceux que je lui ai remis pour payer le
tapissier.



Ratinois. - Et il met ça
tranquillement dans sa poche... Je suis sûr que ses habits en sont bourrés!
Quel beau parti pour Frédéric!



Malingear. - Ah! il y a un
post-scriptum. (Lisant.) "Méchant docteur, vous ne voulez donc pas être de
l'Académie?... et pourtant vous n'avez qu'un mot à dire..."



Ratinois, avec admiration.
- Oh! dites-le! dites-le!



Malingear. - Je ne suis
pas ambitieux!... (On frappe encore à la porte de gauche.) Un moment! attendez!



Ratinois, à part. - C'est
plein de monde par là! (Haut.) Je me retire!...



Malingear, prenant un
papier sur son bureau. - Voici votre ordonnance... (Lisant.) "Bordeaux,
côtelettes, biftecks..."



Ratinois. - Tiens! c'est
une note de restaurant.



Malingear, lui remet
l'ordonnance, et le salue. - Monsieur...



Ratinois, à part, tirant
sa bourse. - Je voulais lui donner dix francs; c'est bien maigre, à côté de la
duchesse... Quel beau parti pour Frédéric!... Bah!... je vais allonger mes
vingt francs!... (Il les met discrètement dans le plat qui est sur le
guéridon.) Je crois qu'il ne m'a pas vu! (Il reprend ses vingt francs, et les
fait sonner contre le plat. Malingear s'incline. A part.) Il m'a vu!...



Il remonte.


Scène VIII


Les Mêmes, Un Monsieur


Un Monsieur, entrant
brusquement par la gauche. - Enfin, j'y suis! m'y voilà!



Malingear. - Qui
êtes-vous? que voulez-vous?



Le Monsieur. - C'est mon
tour... j'ai le numéro 17.



Malingear, étonné, à part
- Ah! un client! un vrai!...



Ratinois, à part. - On se
l'arrache!



Le Monsieur, à Malingear.
- Je souffre depuis longtemps d'une affection...



Malingear. - Pardon... je
suis à vous...



Ratinois. - Docteur, je
vous laisse...



Malingear. - Vous
m'excusez?...



Ratinois. - Comment donc?
ne vous dérangez pas!... (A part en sortant.) Quel beau parti pour Frédéric!
C'est trop beau... ils ne voudront jamais s'allier à de petits bourgeois comme
nous!... (Haut.) Docteur... j'ai bien l'honneur... (Il ouvre la porte du fond,
et on aperçoit le chasseur qui le reconduit. Faisant des politesses au
chasseur.) Merci!... ne vous donnez pas la peine...



La porte se referme.


Scène IX


Le Monsieur, Malingear


Malingear. - A nous
deux!... Nous disons que vous souffrez depuis longtemps d'une affection...



Le Monsieur. - Oh! ça va
mieux maintenant... (Lui présentant un papier.) Voici ma petite facture pour un
meuble de salon...



Malingear. - Quoi!... un
meuble de salon?



Le Monsieur. - Je suis
votre tapissier.



Malingear. - Comment!


Le Monsieur. - C'est
Madame qui m'a prié de rendre le numéro 17... C'est très malin, ce que vous
faites là.



Malingear, protestant. -
Je vous assure que c'est à mon insu.



Le Monsieur. - Il n'y a
pas de mal... Est-ce que chaque état n'a pas ses petites ficelles? Moi-même...



Malingear. - Monsieur...
je vous prie de croire... (A part.) Ma femme me compromet.



Le Monsieur. - Voici mon
mémoire, se montant à la somme de quatre mille francs...



Malingear. - Permettez que
j'examine... Oh! oh! un fauteuil, cent cinquante francs!...



Le Monsieur. - C'est tout
au juste.



Malingear. - Et les
chaises quatre-vingts!...C'est exorbitant!



Le Monsieur. - Comment!
vous allez me marchander... après le service que je viens de vous rendre!



Malingear. - Quel service?


Le Monsieur. - Eh bien, le
numéro 17! Je suis votre petit 17!



Malingear, impatienté. -
Allons! c'est bien!... Acquittez votre mémoire.



Il prend une plume sur le
bureau et la lui donne.



Le Monsieur. - Tout de
suite!



Il signe sur le guéridon


Malingear, lui remettant
des billets de banque. - Voici votre argent.



Le Monsieur. - Merci!
(Tout en comptant ses billets.) Dites donc, docteur, une autre fois, si vous
avez besoin de quelqu'un... je vous recommande mon frère... un paresseux...



Malingear. - Pour quoi
faire?



Le Monsieur. - Il a un
habit... il sera très modéré.



Malingear. - En voilà
assez!... Vous êtes payé... je ne vous retiens pas.



Le Monsieur, sortant à
part. - C'est égal; c'est un vieux malin!



Il sort par le fond.


Scène X


Malingear, Madame
Malingear; puis Emmeline



Malingear, seul. -
Vraiment, madame Malingear me fait jouer un rôle ridicule...



Madame Malingear, entrant.
- Eh bien, as-tu payé le tapissier?



Malingear. - Oui... le
numéro 17.



Madame Malingear. - C'est
une bonne idée que j'aie eue là...



Malingear. - Je vous en
fais mon compliment!... Vous me faites passer pour un charlatan aux yeux de cet
homme.



Madame Malingear. - Oh! un
tapissier!



Malingear. - C'est comme
ce grand escogriffe en livrée...



Madame Malingear. -
Comment! tu ne l'as pas reconnu?



Malingear. - Non.


Madame Malingear. - C'est
le chasseur du premier.



Malingear, s'oubliant. -
Il est superbe! (Changeant de ton.) Mais tu vas me rendre la fable de la
maison! Il bavardera, c'est inévitable!



Madame Malingear. - Il
fallait bien quelqu'un pour porter la lettre de la duchesse...



Malingear. - Ca, pour la
lettre de la duchesse, je ne dis rien: c'est gentil, c'est bien trouvé... surtout
la fin... le post-scriptum...



Madame Malingear.
"Méchant docteur..."



Malingear. - "Vous ne
voulez donc pas être..."



Madame Malingear. -
"De l'Académie?..." Quelle figure faisait M. Ratinois?



Malingear. - Il est resté
épaté... Tu ne sais pas...il a regardé ma chaîne.



Madame Malingear. - Ah! je
te dis qu'ils sont sortis éblouis... charmés... tous les deux.



Malingear: - Tu crois?


Madame Malingear. - Et
demain... pas plus tard que demain... nous entendrons parler d'eux.



Malingear, apercevant sa
fille qui entre. - Chut! Emmeline!



Emmeline. - Maman, il n'y
a plus de sucre râpé.



Madame Malingear. - Voilà
la clef de l'office.



Malingear, à Emmeline, qui
se dispose à sortir. - Eh bien, tu ne m'embrasses pas?... (L'embrassant.) Chère
petite!... Ton père vient de se donner bien du mal pour toi!



Emmeline. - Quoi donc?


Malingear. - On ne peut
pas le dire... ne le répète pas... c'est un secret.



Emmeline. - Sois
tranquille. (A part.) Il s'agit de mariage. (Haut.) Oh! je ne te le demande
pas! Approche donc... il y a à ta redingote un bouton qui ne tient pas.



Malingear. - Veux-tu me le
recoudre?



Emmeline. - Volontiers...
J'ai justement de la soie noire.



Malingear ôte a redingote
et la remet à Emmeline, qui s'assoit pour recoudre le bouton.



Malingear, à part. -
Est-elle gentille! Eh bien... si j'étais madame Ratinois... (montrant sa fille
qui coud) c'est comme cela que je l'aimerais!



Scène XI


Les Mêmes, Sophie; puis
Alexandrine



Sophie, entrant avec un
panier sous le bras. - Me v'là!... J'arrive du marché...



Madame Malingear. - Vous y
avez mis le temps!



Sophie. - Madame veut-elle
compter?



Madame Malingear. - Oui...
Donnez-moi votre livre.



Sophie. - Le v'là, madame.


Elle donne le livre à sa
maîtresse, et pose à terre son panier d'où l'on voit sortir un chou.



Madame Malingear, se
mettant au bureau et comptant. - "Du 15. - Lait, deux sous; un lapin,
cinquante sous..." (Parlé.) C'est horriblement cher!



Sophie. - Madame, il y a
une maladie sur les lapins.



Malingear, un journal à la
main. - Une maladie?...



Sophie. - Oui, monsieur.


Malingear. - Je n'en ai
rien su.



Madame Malingear,
continuant. - "La bretelle à Monsieur, cinq sous." (Parlé.) Comment,
la bretelle?



Sophie. - La boucle qui
s'avait cassé.



Malingear, à part. - Que
dirait la duchesse de Montefiascone, si elle assistait à ce tableau de famille?



Madame Malingear,
continuant. - "Du 16. - Un chou, dix-huit sous..." (Se récriant.)
Dix-huit sous!



Sophie. - Il est frisé,
madame.



Alexandrine, entrant
vivement. - Madame... c'est une visite!



Toute La Famille, se
levant. - Une visite!



Alexandrine. - M. et
madame Ratinois.



Madame Malingear. - Eux?


Malingear. - Déjà?


Emmeline, à part. - Quel
bonheur!



Madame Malingear, à
Alexandrine. - Faites entrer! (Alexandrine sort. A Sophie, lui remettant son
livre.) Vite, filez!...



Sophie sort par la droite.


Malingear. - Ma redingote!


Il la remet vivement.


Madame Malingear, à
Emmeline. - Toi, mets-toi au piano... la tête en arrière, et fais des
roulades!... Ah! mon Dieu! et le panier!...



Elle le prend, parcourt la
scène pour le cacher; elle finit par le fourrer sous la table en laissant
retomber le tapis. Emmeline fait des roulades. M. et madame Ratinois paraissent
au fond.



Scène XII


M. et Mme Malingear,
Emmeline, Ratinois, Madame Ratinois



Madame Ratinois est en
grande toilette. M. Ratinois porte un habit, une cravate blanche et des gants
blancs.



Madame Ratinois. -
Madame!...



Ratinois. - Docteur!...


Madame Malingear, à madame
Ratinois. - Quelle heureuse surprise! Etes-vous enfin décidée à prendre
l'appartement?



Ratinois. - Non, nous ne
venons pas positivement pour ça... (A part.) Dieu! que je suis ému!



Malingear, à Ratinois. -
Votre indisposition se serait-elle aggravée?



Ratinois. - Merci, ça ne
vas pas mal!



Madame Ratinois. - Nous
venons pour autre chose...



M. et Madame Malingear,
feignant l'étonnement. - Pour autre chose?...



Emmeline, à part. - Le
père a une cravate blanche... c'est pour la demande!...



On s'assied; Emmeline
reste debout près du piano.



Ratinois, très ému. - Nous
avons une communication à vous faire... une de ces communications... (A sa femme.)
Parle, toi!



Madame Ratinois. - Intime
et confidentielle...



Emmeline. - Maman, mon
professeur de dessin est là qui m'attend!



Madame Malingear. - Va,
mon enfant.



Malingear, à part. -
Est-elle intelligente!



Emmeline, saluant. -
Madame!... monsieur!...



M. et Madame Ratinois. -
Mademoiselle!...



Emmeline sort.


Malingear. - Nous voilà
seuls!



Madame Ratinois, bas à son
mari. - Parle! courage!...



Ratinois, bas. - C'est
inutile... ils ne voudront pas.



Madame Malingear. - Nous
vous écoutons.



Ratinois, très ému. -
Monsieur et madame... je suis père... j'ai un fils unique... Frédéric...



Malingear. - Nous le
connaissons.



Madame Malingear. - Un
charmant jeune homme! qui veut bien quelquefois honorer nos salons de sa
visite...



Ratinois, bas à sa femme.
- Nos salons!... Tu vois, ils ont plusieurs salons... ils ne voudront jamais!



Madame Ratinois, à son
mari. - Mais va donc!...



Ratinois. - Ce jeune
homme, qui est avocat, n'a pu voir votre demoiselle... votre honorable
demoiselle... sans songer à une alliance... qui l'honorerait... en nous
honorant... s'il pouvait entrer dans votre honorable famille... que tout le
monde honore.



Madame Malingear, jouant
l'étonnement. - Comment!...



Malingear, de même. -
Est-il possible!...



Ratinois, bas à sa femme.
- Là!... tu vois!... Allons-nous-en!



Malingear. - Monsieur, je
vous avoue qu'une pareille demande... faite à l'improviste... nous surprend un
peu!



Ratinois, de même. -
Allons-nous-en!



Malingear. - Un mariage
est une chose délicate... et nous vous demandons la permission de nous consulter...
de réfléchir.



Madame Ratinois. - Comment
donc!... c'est tout naturel!



Madame Malingear. - Dans
quelques jours nous vous ferons connaître notre réponse!



On se lève.


Ratinois, à part. - Ils ne
refusent pas! (Haut.) Ah! madame!... ah! docteur!... ah! ma femme!...



Madame Malingear, bas à
son mari. - Eh bien, la poudre aux yeux?...



Malingear, de même. -
C'est admirable! Je suis converti! (Très haut à sa femme.) Chère bonne, priez
la femme de chambre de dire au domestique de dire au cocher d'atteler Brillante
et Mirza... Je dîne chez la duchesse!



M. et Madame Ratinois,
avec admiration. - Chez la duchesse!



Malingear, à part. - V'lan
dans les yeux!...



الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://halimb.ba7r.org
عبدالله ناجح
عضو متّألق
عضو متّألق
avatar

الإسم الحقيقي : ABDALLAH NAJIH
البلد : ROYAUME DU MAROC

عدد المساهمات : 12530
التنقيط : 53528
العمر : 23
تاريخ التسجيل : 16/09/2010
الجنس : ذكر

مُساهمةموضوع: رد: La Poudre aux yeux Acte I---Scènes 7-8-9-10-11-12    الأحد 27 فبراير 2011, 23:06

:kl: :kl: :kl:
:f:: :f::


كن في الحياة
كعابر سبيل
واترك وراءك كل جميل فنحن في الحياة
مجرد ضيوف
وما على الضيوف
الا الرحيل
۞*•.¸.•*۞*•.¸.•*  ۞لا اله الا الله محمد رسول الله ۞*•.¸.•*۞*•.¸.•*  ۞
 
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://www.halimb.ba7r.org
abdelhalim berri
المدير العام
المدير العام
avatar

الإسم الحقيقي : Abdelhalim BERRI
البلد : Royaume du Maroc

عدد المساهمات : 17493
التنقيط : 70729
العمر : 57
تاريخ التسجيل : 11/08/2010
الجنس : ذكر

مُساهمةموضوع: رد: La Poudre aux yeux Acte I---Scènes 7-8-9-10-11-12    الإثنين 28 فبراير 2011, 21:58




الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://halimb.ba7r.org
 
La Poudre aux yeux Acte I---Scènes 7-8-9-10-11-12
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
 :: منتديات المواد الدراسية :: اللغة الفرنسية FRANCAIS :: الثانية اعدادي-
انتقل الى: