LA MAIN DANS LA MAIN : ÉLÈVES + ENSEIGNANTS + PARENTS = ÉDUCATION ASSURÉE
 
البوابةاليوميةس .و .جبحـثقائمة الاعضاءالتسجيلدخولالرئيسية
المواضيع الأخيرة
بحـث
 
 

نتائج البحث
 

 


Rechercher بحث متقدم
احصائيات
هذا المنتدى يتوفر على 8639 عُضو.
آخر عُضو مُسجل هو said fatih فمرحباً به.

أعضاؤنا قدموا 86890 مساهمة في هذا المنتدى في 16902 موضوع
التبادل الاعلاني
احداث منتدى مجاني
روابط مهمة
عدد زوار المنتدى
Maroc mon amour

خدمات المنتدى
تحميل الصور و الملفات

شاطر | 
 

 " LE DEFI" Mémoires de feu Hassan II

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
abdelhalim berri
المدير العام
المدير العام


الإسم الحقيقي : Abdelhalim BERRI
البلد : Royaume du Maroc

عدد المساهمات : 17476
التنقيط : 67444
العمر : 56
تاريخ التسجيل : 11/08/2010
الجنس : ذكر

مُساهمةموضوع: " LE DEFI" Mémoires de feu Hassan II   الأربعاء 08 ديسمبر 2010, 20:38



Dans ces mémoires,feu SM Hassan II évoque d’abord son adolescence et les temps les plus sombres du protectorat. Nous voyons le jeune prince héritier, Hassan, ardent militant nationaliste, participer avec fougue à la lutte pour l’indépendance que mène son père, Mohamed V.

Une fois sur le Trône, c’est un autre combat que doit mener Feu SM Hassan II. Il entreprend de construire une nation moderne, de régler le problème des frontières bouleversées par les aventures coloniales, tout en maintenant la paix et en instaurant la justice sociale.
Dans son ouvrage : "Le Défi", S.M. Hassan II a écrit à propos du 20 août 1953
(...) Mon père ne cède pas. Le 20 août 1953, premier jour de l'Aïd El Kébir, la Grande Fête islamique, Rabat est en état de siège. Il est 13h30 lorsque le Roi, qui achève de
Le Palais est encerclé; chars et voitures blindées pointent leurs canons et leurs mitrailleuses sur la grande porte. Le général Guillaume arrive, escorté de troupes spéciales armées de mitraillettes. Notre garde est désarmée, collée face au mur les bras en l'air.

Le résident entre dans le salon d'audience en compagnie du général Duval, commandant supérieur des troupes françaises au Maroc, de M. Dutheil, directeur de la Sûreté et de quelques autres fonctionnaires. Mon père a eu tout juste le temps de passer une djellaba sur son pyjama.

La chaleur est étouffante. Le résident s'adresse brièvement au Souverain:
- Le gouvernement français, pour des raisons de sécurité, vous demande d'abdiquer. Si vous le faites de plein gré, vous pourrez, vous et votre famille vivre en France librement et hautement considérés.

Mon père, très calme, refuse et dit :
- Rien dans mes actes et mes paroles ne saurait justifier l'abandon d'une mission dont je suis le dépositaire légitime. Si le gouvernement français considère la défense de la liberté et du peuple comme un crime qui mérite châtiment, je tiens cette défense pour une vertu digne d'honneur et de gloire.

Le général prie Si Maâmri, que nous connaissons, de traduire bien exactement ses paroles :
- Si vous n'abdiquez pas immédiatement de votre plein gré, j'ai mission de vous éloigner du pays, afin que l'ordre public soit maintenu.
Afin que Si Maâmri puisse fidèlement traduire, le Roi répond lentement :
- Je suis le Souverain légitime du Maroc, jamais je ne trahirai la mission dont mon peuple confiant et fidèle m'a chargé. La France est forte, qu'elle agisse comme elle l'entend.

Tout est dit. Le général nous fait appeler mon frère Moulay Abdallah et moi. Il se tourne vers le Souverain :
- Nous vous emmenons, vous et vos deux fils. Il fait signe à un officier de gendarmerie qui, revolver au poing, pousse mon père devant lui, je crains qu'il soit abattu sur place. Nous suivons, mon frère et moi, poussés nous aussi, deux mitraillettes braquées sur notre dos. Nous sommes embarqués dans trois voitures, sans qu'il nous soit même permis de changer de vêtements et d'emporter le moindre bagage. Conduits à l'aérodrome militaire de Souissi, nous y sommes gardés à vue.

Mon père demande à boire. Mais on nous donne l'ordre de prendre place dans un DC-3 dont le moteur tourne. J'interviens alors : mon père malade, supportera difficilement un voyage aérien. On téléphone au médecin du Roi, le Dr Dubois-Roquebert qui accourut et confirme mes craintes. On ne tient aucun compte de son avis. Un gendarme tend au Souverain sa gamelle avec un peu d'eau. Il remercie et refuse. On nous pousse dans l'avion qui décolle pour une destination inconnue, à 14 heures 45.

Où allions-nous ? Nous n'en savions rien. Ce DC-3, destiné à l'entraînement des parachutistes, était dépourvu de tout confort. Outre l'équipage et le colonel Carbonier, de la Résidence générale, nous étions environnés d'une douzaine de policiers armés jusqu'aux dents, qui saucissonnaient au vin rouge, fumaient et échangeaient des plaisanteries qui n'étaient pas des plus fines. Plus tard, ils jouèrent à la belote. Je reconnus l'accent corse.

L'avion tanguait, piquait du nez et se traînait à une vitesse de croisière qui dépassait à peine le 200 km/h. Nous passâmes au-dessus de Meknès, Fès, Taza, Oujda et longeâmes la côte algérienne. Puis l'avion avait survolé la Méditerranée.
La rudesse du traitement que nous subissions me faisait craindre le pire pour mon père. Exténué de fatigue, il se coucha sur un banc de bois. Je le soutins de mon mieux. Il murmura :

- Je ne vois pas la terre de nos pères. Adieu chère patrie. Que Dieu protège tous les nôtres ! ils vont souffrir et nous ne pourrions plus rien faire pour eux...
Il avait les larmes aux yeux et nous priâmes tous trois en silence. Peu après, le colonel Carbonier nous révéla que notre destination pourrait bien être la Corse.

En effet, l'avion se posa vers 22 heures sur l'aérodrome d'Ajaccio. Nous descendîmes de l'appareil, le colonel disparut et, dans la nuit, nous fûmes entourés par des soldats en armes, à l'attitude équivoque. S'agissait-il d'un service d'ordre, ou d'un peloton d'exécution ? Enfin arriva à la tête d'un important cortège, le préfet de la Corse, M. Sarveux. C'était un galant homme qui pria mon père de l'excuser : on venait tout juste de le prévenir de notre arrivée. Nous fûmes ses hôtes à la préfecture, où le Souverain passa la nuit à prier. Telle fut la première étape de notre exil.

Nous nous retrouvâmes en famille à Zonza, au sud-est de l'île à l'Hôtel du Mouflon d'or puis à l'Hôtel Napoléon de l'île Rousse, surveillés jour et nuit par une centaine de gendarmes, de gardes républicains et de policiers. En notre triple qualité de bannis, de proscrits et de déportés, il nous était impossible de ne pas évoquer l'île d'Elbe et Sainte-Hélène.

Nous étions prisonniers mais à nos frais. Le Souverain devait payer notre prison, le personnel de l'hôtel et nos gardiens. Nous passâmes trois mois à l'île Rousse et le gouvernement français préleva, sur les "biens personnels du Sultan", mis sous séquestre, la modique somme de vingt-six millions de francs qui servit à payer la note de l'hôtelier, ainsi que l'entretien des soldats et policiers qui, autour de nous, faisaient vigilance.

Je n'ai jamais pu comprendre comment M. Georges Bidault, ministre des Affaires étrangères avait pu croire que notre captivité signifiait une victoire de la "Croix sur le Croissant", ce qui, ajoutait-il, "le faisait rêver à Jérusalem". A son avis, la Corse était trop proche du Maroc. Il redoutait que nous fussions enlevés par un commando, aussi mystérieux que redoutable qui n'existait que dans l'imagination des journalistes spéciaux.

Néanmoins fin janvier 1954, nous fûmes transférés à Madagascar, en attendant qu'une "résidence définitive" nous fût préparée dans le Pacifique, Tahiti, c'est ainsi que nous nous retrouvâmes tous à Antsirabé à 160 km au sud de Tananarive, à l'hôtel des Thermes, établissement qui me semblait évadé d'un roman de Joseph Conrad annoté par Marcel Proust.

Les premiers mois d'exil furent les plus pénibles. Le Souverain pensait surtout à son peuple en détresse. Ce qui l'affectait aussi c'est la calomnie dont il se savait accablé par la presse, en France et au Maroc, alors qu'il était captif et empêché de se justifier. (...)





عدل سابقا من قبل abdelhalim berri في الأحد 01 يناير 2012, 20:37 عدل 1 مرات
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://halimb.ba7r.org
mariam ghoulami
عضو مميز
عضو مميز


الإسم الحقيقي : mariam ghoulami
البلد : المغرب

عدد المساهمات : 72
التنقيط : 22811
العمر : 20
تاريخ التسجيل : 19/09/2010
الجنس : انثى

مُساهمةموضوع: رد: " LE DEFI" Mémoires de feu Hassan II   الأربعاء 08 ديسمبر 2010, 22:13

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
oumaima sobti
عضو مميز
عضو مميز


الإسم الحقيقي : oumaima sobti
البلد : morocco

عدد المساهمات : 72
التنقيط : 22759
العمر : 20
تاريخ التسجيل : 30/09/2010
الجنس : انثى

مُساهمةموضوع: رد: " LE DEFI" Mémoires de feu Hassan II   الثلاثاء 14 ديسمبر 2010, 21:09

C'est une vie merveilleuse du roi hassan 2
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
abdelhalim berri
المدير العام
المدير العام


الإسم الحقيقي : Abdelhalim BERRI
البلد : Royaume du Maroc

عدد المساهمات : 17476
التنقيط : 67444
العمر : 56
تاريخ التسجيل : 11/08/2010
الجنس : ذكر

مُساهمةموضوع: رد: " LE DEFI" Mémoires de feu Hassan II   الأحد 01 يناير 2012, 20:44




الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://halimb.ba7r.org
 
" LE DEFI" Mémoires de feu Hassan II
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
COEUR DE PERE  :: منتديات المواد الدراسية :: اللغة الفرنسية FRANCAIS :: الثالثة اعدادي-
انتقل الى: