LA MAIN DANS LA MAIN : ÉLÈVES + ENSEIGNANTS + PARENTS = ÉDUCATION ASSURÉE
 
البوابةاليوميةس .و .جبحـثقائمة الاعضاءالتسجيلدخولالرئيسية
المواضيع الأخيرة
بحـث
 
 

نتائج البحث
 

 


Rechercher بحث متقدم
احصائيات
هذا المنتدى يتوفر على 8639 عُضو.
آخر عُضو مُسجل هو said fatih فمرحباً به.

أعضاؤنا قدموا 86890 مساهمة في هذا المنتدى في 16902 موضوع
التبادل الاعلاني
احداث منتدى مجاني
روابط مهمة
عدد زوار المنتدى
Maroc mon amour

خدمات المنتدى
تحميل الصور و الملفات

شاطر | 
 

 Le discours narratif.

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
abdelhalim berri
المدير العام
المدير العام


الإسم الحقيقي : Abdelhalim BERRI
البلد : Royaume du Maroc

عدد المساهمات : 17476
التنقيط : 67474
العمر : 56
تاريخ التسجيل : 11/08/2010
الجنس : ذكر

مُساهمةموضوع: Le discours narratif.   الجمعة 07 فبراير 2014, 13:15

Le discours narratif.
Fondement du récit, il montre des personnages en train d’accomplir des actions qui s’enchaînent par des modifications successives de situations.

1.
L’organisation de la narration.

Un récit s'organise selon un ordre appelé schéma narratif.
Les rapports entre le héros  et les personnages et forces qui l'entourent constituent
le schéma actanciel.
2.
Le statut du narrateur.
LE STATUT DU NARRATEUR ET SES TECHNIQUES.
1.
 Attention : ne confondez pas auteur, narrateur et personnage.


   L'auteur est une personne qui existe réellement. Il écrit l'histoire.
   Le narrateur est celui qui raconte l'histoire que vivent les personnages.
     Ex :     Alain Fournier est l'auteur de Le Grand Meaulnes.
                Dans Le Grand Meaulnes, le narrateur est François Seurel.
                Augustin Meaulnes est un personnage du roman Le Grand Meaulnes.



2. Identification du narrateur :
a- le narrateur interne.
     . Le pronom "je" représente l'auteur, si celui-ci raconte sa propre histoire, ou des faits dont il a été réellement témoin. C'est le cas dans une autobiographie, un journal intime, des mémoires… Dans ce cas, le narrateur et l’auteur ne font qu’un.
     . Le pronom "je" ne représente pas l'auteur, mais un personnage-narrateur qui raconte une histoire à laquelle il participe soit comme héros, soit comme simple témoin. Dans Le Grand Meaulnes,  François Seurel est le narrateur témoin des aventures du héros : Meaulnes.

b- le narrateur extérieur.
      . C'est le pronom « il » ou « elle » qui est privilégié pour raconter les actions du personnage. Le narrateur n'est pas un personnage de l'histoire. Exemple : « Denise était venue à pied (…) Elle tenait par la main (…) » Emile Zola, Au Bonheur des Dames

3. Choix des points de vue
               ou focalisations         adoptés par le narrateur dans son récit.
               ou perspectives

Le narrateur interne se confond avec un personnage de l'histoire et choisit de raconter cette histoire à travers son regard. Le narrateur ne connaît des faits que ce qu'il a vu, compris ou entendu dire. Ce point de vue (ou perspective ou focalisation) est appelé interne ou subjectif.
Le narrateur extérieur, lui, peut choisir entre plusieurs techniques 
      a- Il peut choisir de privilégier le point de vue d'un personnage. Il voit à travers son regard et se glisse dans ses pensées, c'est toujours le point de vue interne.
      b- Il peut également tout savoir des lieux, des faits et des actions des personnages (y compris ce qu'eux-mêmes ignorent). Il est susceptible de se glisser dans la peau de chacun de ses personnages, au fil du texte. On parle, dans ce cas, de point de vue omniscient ou focalisation zéro.
      c- Parfois, il choisit de décrire les personnages et les lieux du dehors, comme un simple observateur. Il s'en tient aux simples apparences. Il ne pénètre jamais dans les pensées de ses personnages. Le point de vue est donc externe.
3. Les indications chronologiques dans la narration.
Les détails chronologiques permettent de situer le récit dans le temps et les différentes actions les unes par rapport aux autres :
اقتباس :
· repérage absolu (par la date : le 14 juillet 1789) 
· repérage relatif (par rapport au moment de l’énonciation : jusqu’à ce jour ou par rapport au moment du récit : depuis qu’ils se sont rencontrés)

Les outils au service de la chronologie : outils lexicaux, outils grammaticaux.
اقتباس :
· Les groupes nominaux : le lendemain matin, dimanche, …
· Les adverbes de temps : hier (date), longtemps (durée), rarement (fréquence),…
· Les prépositions et les conjonctions de subordination : après, depuis que (antériorité), pendant, pendant que (simultanéité), avant, avant que (postériorité), dès que (début), chaque fois que (fréquence),…
· Les temps employés : présent, passé simple (situation sur l’axe du temps), temps composés traduisant l’antériorité par rapport aux temps simples correspondants (quand il eut fini son devoir, il rangea ses affaires). L’imparfait sera utilisé pour les actions de second plan, la description, le portrait, etc.
Faire un relevé des différents repères temporels permet souvent de savoir en combien de temps un récit se passe.
 
4. La maîtrise de la chronologie.
Faire varier le rythme :
Les variations de la durée du récit.
La durée du récit ne correspond presque jamais à la durée réelle de l'histoire racontée. Le narrateur choisit de développer certains épisodes, ou au contraire d'en condenser d'autres. Cette alternance de passages développés, appelés scènes, et de passages condensés, appelés résumés, donne au récit son rythme. On peut dire que le temps du roman est "élastique".
1- L'ellipse.
L'ellipse consiste à passer sous silence certains épisodes du récit. Elle est utilisée dans plusieurs cas. Certains moments ne présentant aucun intérêt particulier, le narrateur choisit de ne pas les mentionner. Parfois, les épisodes ne doivent pas être révélés, parce que le narrateur veut les tenir secrets pour entretenir le suspens ou parce qu'il veut les oublier. Il arrive aussi que le narrateur soit dans l'impossibilité de raconter une scène de l'histoire, parce qu'il était absent ou qu'il ne s'en souvient pas.
- L'ellipse peut être signalée par une courte phrase qui en explique la durée, brève (une heure s'écoula, le lendemain…) ou plus longue (trois ans plus tard).
- Le narrateur peut aussi intervenir directement et signaler qu'il passe sous silence cet épisode.
Ex : Ici, nous demandons la permission de passer, sans en dire un mot, sur un espace de trois années. (Stendhal, La Chartreuse de Parme.)
2- La dilatation.
La dilatation consiste à étirer le temps réel, comme dans un ralenti cinématographique. C'est le contraire de l'ellipse. Le narrateur l'utilise parce qu'il s'agit d'un moment clé ou pour susciter chez le lecteur des sentiments, des émotions.
La dilatation permet aussi de décomposer une action.
3- Le résumé
Le résumé consiste à condenser en quelques lignes un épisode du récit, parce qu'il présente moins d'intérêt que d'autres.
ATTENTION ! Ne confondez pas le résumé et l'ellipse : l'ellipse passe complètement sous silence un épisode tandis que le résumé le mentionne en quelques phrases.
S’écarter de l’ordre chronologique :
Les modifications de la chronologie
1. Le récit linéaire 
Le récit peut se dérouler dans un ordre chronologique, c'est-à-dire que les actions sont rapportées dans l'ordre de leur déroulement.  Le schéma narratif est alors linéaire :
Situation initiale

Élément perturbateur

Péripéties

Résolution du conflit

Situation finale

Moment 1
Moment 2
Moment 3
Moment 4
Moment 5
2. Les modifications de la chronologie 
Le narrateur peut choisir d'introduire des ruptures temporelles dans le récit, c'est-à-dire de ne pas respecter la chronologie, en bouleversant le déroulement linéaire par des retours en arrière ou des anticipations.
a) Le retour en arrière : un fait antérieur au récit est raconté.
·         Pourquoi l'utiliser ?  
Le narrateur a besoin de rappeler un événement passé qui explique le comportement d'un personnage. Ou bien le souvenir peut s'imposer à l'un des personnages, par le biais d'une sensation.
Le retour en arrière peut entretenir le suspens : l'auteur montre d'abord les conséquences d'une action, puis remonte dans la chronologie pour en raconter les circonstances. Ce procédé est fréquemment utilisé dans les romans policiers.

·         Comment l'insérer dans un récit ?
Une phrase de transition permet de faire resurgir le passé, soit parce que le personnage fait un effort de mémoire, soit parce que le passé s'impose à lui.
 Une phrase de conclusion peut ramener le lecteur dans la chronologie initiale du récit.
 Ex. : Aujourd'hui, les temps ont changé : j'ai grandi...
b) L'anticipation : un fait postérieur aux événements relatés est raconté ou évoqué.
·         Le narrateur omniscient donne au lecteur des informations que les personnages de l'histoire ignorent, éveillant ainsi la curiosité du lecteur.
 Ex. : Valentine ne savait pas encore que cet homme allait transformer sa vie.

·         L'avenir de l'un des personnages est évoqué par le narrateur omniscient, qui donne au lecteur des informations que les personnages du récit ignorent, ou bien par l'un des personnages qui se projette dans le futur, a un pressentiment, ou fait une prophétie.
Ex. : Ce serait donc à mon tour d'être supprimé.., (J. Buchan, Les 39 marches. )
·         Le narrateur interne raconte l'histoire qu'il a vécue plus jeune. Il connaît la suite des événements et peut donc anticiper (moyen de créer le suspens).
Ex : Ce n'est que plus tard, lorsque j'ai revu mon ancien camarade… que j'ai pu comprendre son attitude….
 



الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://halimb.ba7r.org
 
Le discours narratif.
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
COEUR DE PERE  :: منتديات المواد الدراسية :: اللغة الفرنسية FRANCAIS :: الثالثة اعدادي-
انتقل الى: