LA MAIN DANS LA MAIN : ÉLÈVES + ENSEIGNANTS + PARENTS = ÉDUCATION ASSURÉE
 
البوابةاليوميةس .و .جبحـثقائمة الاعضاءالتسجيلدخولالرئيسية
المواضيع الأخيرة
بحـث
 
 

نتائج البحث
 

 


Rechercher بحث متقدم
احصائيات
هذا المنتدى يتوفر على 8630 عُضو.
آخر عُضو مُسجل هو Carly فمرحباً به.

أعضاؤنا قدموا 86892 مساهمة في هذا المنتدى في 16902 موضوع
التبادل الاعلاني
احداث منتدى مجاني
روابط مهمة
عدد زوار المنتدى
Maroc mon amour

خدمات المنتدى
تحميل الصور و الملفات

شاطر | 
 

 régional français de Casablanca 2012 - 1ère année Bac +Corrigé

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
abdelhalim berri
المدير العام
المدير العام


الإسم الحقيقي : Abdelhalim BERRI
البلد : Royaume du Maroc

عدد المساهمات : 17478
التنقيط : 67424
العمر : 56
تاريخ التسجيل : 11/08/2010
الجنس : ذكر

مُساهمةموضوع: régional français de Casablanca 2012 - 1ère année Bac +Corrigé   السبت 08 يونيو 2013, 22:06

régional français de Casablanca 2012 - 1ère année Bac +Corrigé

Texte :Le lendemain de notre sortie avec Lalla Aicha, ma mère me fît part de son intention de me garder à la maison durant toute l’absence de mon père. Elle invoqua deux solides raisons : la première: je n’étais plus qu’un paquet d’os et mon teint rappelait l’écorce de grenade; la seconde : ma mère se sentait de plus en plus seule, ma présence lui faisait oublier ses malheurs.
Autant pour se distraire que pour attendrir les saints de la ville sur notre sort, ma mère décida de m’emmener chaque semaine prier sous la coupole d’un Saint. Notre ville foisonne de tombes qui abritent les restes de chorfas, de chefs de confréries, de pieux législateurs auxquels la foi populaire reconnaît des pouvoirs. Chaque santon a son jour de visite particulier : le lundi pour Sidi Ahmed ben Yahïa, le mardi pour Sidi Ali Diab, le mercredi pour Sidi Ali Boughaleb, etc. Tout cela, je le savais, tout le monde le savait. Nous trouvions simple, naturel, harmonieux, parfaitement sage ce que nos ancêtres avaient établi. Personne ne se serait avisé d’en rire.
Les jours avaient un sens. Pour moi, ils possédaient même une couleur.
Le lundi s’associait dans mon imagination au gris clair, le mardi, au gris foncé, un peu fumeux, le mercredi brillait d’un éclat doré comme un soir d’automne, le jeudi froid et bleu contrastait avec le jaune rutilant du vendredi, la pâleur du samedi annonçait le vert triomphant du dimanche. Je n’avais jamais entretenu personne de ces découvertes. Si j’avais été femme, si j’avais été riche, j’aurais porté chaque jour une robe de la couleur qui convenait. Ma vie en aurait été plus belle, plus équilibrée, plus heureuse. Mais je n’étais pas femme et nous n’étions
guère riches, surtout depuis le départ de mon père. Ma mère faisait une cuisine maigre, mêlait de la farine d’orge au pain de froment. Elle riait moins, ne racontait plus d’histoires. Il nous restait les longues promenades que nous faisions pour nous rendre aux divers sanctuaires deux ou trois fois par semaine. Nous formulions les mêmes plaintes, demandions la réalisation des mêmes vœux. Nous versions toujours les mêmes larmes indigentes et nous repartions vers notre demeure. Ces visites me fatiguaient. Je ne pouvais pas refuser d’y participer. La présence d’un enfant rendait les hommes de Dieu plus attentifs et plus favorables.

Lisez attentivement le texte et répondez aux questions suivantes :

I – ETUDE DE TEXTE: 10 points

1 .
Recopiez et complétez le tableau suivant :


Nom de l’auteur :

Titre de l’oeuvre :

Genre littéraire :

Deux autres titres du même auteur. 1 point

2.
Situez le passage par rapport à ce qui précède. 1 point

3.
Pour quelles raisons la mère voulait-elle garder l’enfant à la maison ? 1 point

4.
Le narrateur a attribué à chaque jour une couleur. Quel effet ces couleurs produisent- elles sur lui ?1 point

5.
Quel sentiment éprouve le narrateur pendant la visite des sanctuaires ? Justifiez votre réponse à l’aide
d’un indice relevé dans le texte. 1 point

6.
Qu’éprouvé la mère en l’absence du père ? Justifiez votre réponse par une phrase relevée dans le texte. 1 point

7.
Le narrateur et sa mère respectent-ils l’existence des saints ? Justifiez votre réponse par une phrase relevée dans le texte. 1 point

8.
Relevez dans le texte quatre termes du champ lexical des saints. 1point

9.
a- Quelle figure de style reconnaissez-vous dans l’énoncé souligné suivant :

« Je n’étais plus qu’un paquet d’os » ?

b- Quelle information cette figure de style donne-t-elle sur le narrateur ? 1 point

10.
Avez-vous le même comportement que la mère à l’égard des saints ? Pourquoi? 1 point


II- PRODUCTION ECRITE, 10 points :

Sujet :
Certaines personnes, pour trouver des solutions à leurs problèmes (amour, famille, mariage, chômage… ) recourent à des saints.
Pensez-vous que le maraboutisme (les saints, les marabouts) soit le meilleur remède aux problèmes de la vie ?
Développez votre point de vue dans un texte argumenté et illustré d’exemples.

Dans votre écrit, vous devez :

•Respecter la consigne : traiter le sujet proposé ; 1 point
•Organiser votre texte : introduction, développement et conclusion ; 2 points

• Choisir des arguments précis ; 2 points

•Faire attention à la correction de la langue :phrases correctes, vocabulaire
précis, orthographe et conjugaison correctes, ponctuation..5 points


Corrigé








عدل سابقا من قبل abdelhalim berri في السبت 08 يونيو 2013, 22:42 عدل 1 مرات
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://halimb.ba7r.org
abdelhalim berri
المدير العام
المدير العام


الإسم الحقيقي : Abdelhalim BERRI
البلد : Royaume du Maroc

عدد المساهمات : 17478
التنقيط : 67424
العمر : 56
تاريخ التسجيل : 11/08/2010
الجنس : ذكر

مُساهمةموضوع: رد: régional français de Casablanca 2012 - 1ère année Bac +Corrigé   السبت 08 يونيو 2013, 22:08

Corrigé de l’examen régional français du Casablanca 2012

I-Etude de texte :

1-

Nom de l’auteur: Ahmed Sefrioui

Titre de l’œuvre: La Boîte à merveilles

Genre littéraire: De facture autobiographique

Deux autres titres du même auteur: Le Chapelet d’ambre, Le Jardin des sortilèges, la maison de servitude…

2-
Se sentant malheureuses, la mère et son amie Lalla Aicha décident de rendre visite au voyant Si El Arafi pour leur prédire l’avenir. Le passage se situe après la relation de la séquence de cette visite.

3-
D’abord parce que l’enfant semble en mauvaise santé, ensuite parce que sa présence faisait oublier à la mère sa solitude et ses malheurs

4-
Les couleurs provoquent chez l’enfant certaines sensations et certains sentiments

5-
Sentiment de fatigue : ces visites me fatiguaient.

6-
La mère éprouve de la solitude et du chagrin : ma mère se sentait de plus en plus seule, ma présence lui faisait oublier ses malheurs.

7-
Oui, ils respectent l’existence des saints: nous trouvions simple, naturel, harmonieux, parfaitement sage ce que nos ancêtres avaient établis. Personne ne se serait avisé d’en rire.

8-
Chorfas, chefs de confréries, pieux législateurs, santon, sanctuaire …

9-
Métaphore : l’information donnée par la figure est que l’enfant devient trop maigre à cause de sa mauvaise santé.

10-
la réponse est laissée à l’appréciation du correcteur.

II- Production écrite


Dans la réalité quotidienne, beaucoup de personnes rencontrent des problèmes de tout genre, problème d’amour, de chômage, de famille, de mariage, etc. Cependant, pour résoudre ces problèmes, elles recourent à de vieilles pratiques en pensant que visiter un saint ou consulter un marabout peut être un
meilleur remède. Personnellement, je pense que ces pratiques ne sont que
de fausses croyances auxquelles restent attachés les esprits d’un autre âge.


D’abord, par superstition et ignorance, on attribue à des personnes, mortes ou vivantes, un pouvoir moral qu’elles n’ont pas. Ainsi, si des personnes comme la chouffa ou si Al Arrafi pouvaient résoudre les problèmes de la vie, ils auraient pu
résoudre avant tout la situation lamentable où ils se trouvent eux-mêmes.


Ensuite, avec peu de raison, on peut facilement constater qu’il est inconcevable que les morts puissent apporter le moindre secours aux vivants. Depuis leur visite à Sidi Ali Bougaleb, la situation morale et matérielle de Lalla Aicha et de son amie ne faisait qu’empirer allant jusqu’à la faillite du mari de la première et à un nouveau mariage du mari de la seconde.

Enfin, pour confronter les situations difficiles de la vie, le meilleur remède serait de recourir à l’esprit et d’assumer toutes ses responsabilités. L’exemple du père de Mohammed est significatif. Le jour même de sa faillite, il réagit intelligemment en décidant d’aller gagner son pain ailleurs, son retour fut triomphal.

En guise de conclusion, on peut dire que par superstition et ignorance, ou par l’absence quasi totale de la raison, beaucoup de gens, pour résoudre les problèmes de la vie, recourent à de fausses pratiques et à de fausses croyances stériles, au lieu de faire face à ces situations par le meilleur remède que sont
l’intelligence et l’esprit.



الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://halimb.ba7r.org
 
régional français de Casablanca 2012 - 1ère année Bac +Corrigé
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
COEUR DE PERE  :: منتديات المواد الدراسية :: إمتحانات كل المواد EXAMENS TOUTES LES MATIERES-
انتقل الى: