البوابةاليوميةس .و .جبحـثالأعضاءالتسجيلدخولالرئيسية
المواضيع الأخيرة
» L'interview...Production écrite
السبت 14 أكتوبر 2017, 16:07 من طرف abdelhalim berri

» خطاب العرش 30 يوليوز 2017 المملكة المغربية
الأحد 30 يوليو 2017, 00:24 من طرف abdelhalim berri

» Antigone
الثلاثاء 18 يوليو 2017, 18:01 من طرف abdelhalim berri

» هذه هي الحياة
الأربعاء 21 يونيو 2017, 03:58 من طرف Ismail kamal 1

»  تتويج الوداد البيضاوي بالبطولة 19
الجمعة 16 يونيو 2017, 02:09 من طرف abdelhalim berri

»  تعثرت البغلة....يا عمر
الثلاثاء 13 يونيو 2017, 22:54 من طرف abdelhalim berri

» ضعف الايمان
الإثنين 17 أبريل 2017, 02:34 من طرف abdelhalim berri

» مغربي الهوية و افتخر
الإثنين 17 أبريل 2017, 02:34 من طرف abdelhalim berri

» حكومة د . سعد الدين العثماني بعد تعيينها من طرف الملك محمد السادس نصره الله
الخميس 06 أبريل 2017, 13:33 من طرف abdelhalim berri

» La boîte à merveilles : Ahmed Sefrioui
الأربعاء 29 مارس 2017, 12:06 من طرف ouma 2

بحـث
 
 

نتائج البحث
 

 


Rechercher بحث متقدم
احصائيات
هذا المنتدى يتوفر على 8720 عُضو.
آخر عُضو مُسجل هو ahmedprof فمرحباً به.

أعضاؤنا قدموا 86929 مساهمة في هذا المنتدى في 16914 موضوع
التبادل الاعلاني
احداث منتدى مجاني
روابط مهمة
Maroc mon amour

خدمات المنتدى
تحميل الصور و الملفات

شاطر | 
 

 Exercice sur les DIDASCALIES .....Théâtre

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
abdelhalim berri
المدير العام
المدير العام
avatar

الإسم الحقيقي : Abdelhalim BERRI
البلد : Royaume du Maroc

عدد المساهمات : 17493
التنقيط : 70729
العمر : 57
تاريخ التسجيل : 11/08/2010
الجنس : ذكر

مُساهمةموضوع: Exercice sur les DIDASCALIES .....Théâtre   الجمعة 14 سبتمبر 2012, 19:05

Les
didascalies suivantes ont été retirées du texte, retrouvez à quel
endroit elles doivent figurer (placez les numéros des didascalies où
elles conviennent dans le texte) :

« extrêmement timide » (1), « se levant et allant au-devant du client »
(2), « même jeu » (3), « dédaigneux » (4), « avec les hésitations et les
regards furtifs d’un homme entrant dans un lieu "***y" » (5), «
craintif » (6), « un peu pincé, mais ironique » (7), « presque à
l’oreille du Directeur, comme s’il s’agissait d’un terme inconvenant »
(8).










Le directeur. Entrez ! Monsieur ! Entrez !
Le client. Oui, monsieur. Oui, merci monsieur. J’entre. Si vous permettez.
Le directeur. Mais je vous prie.
Le client. C’est bien ici (…) « une galerie de tableaux » ?
Le directeur. Parfaitement, monsieur, une des plus réputées de notre ville.
Le client. Une galerie de tableaux (…) d’aujourd’hui ?
Le directeur. Que voulez-vous dire ? Ce ne sont pas des œufs dans un poulailler !
Le client. je voulais dire (…) des tableaux (…) enfin (…) vous me comprenez des tableaux (…) « abstraits » ?
Le directeur. Oui, si vous tenez à ce mot, bien dépassé d’ailleurs. Mais
pourquoi semblez-vous aussi inquiet, mon cher monsieur ?
Le client. C’est que voyez-vous, ma famille serait plutôt pour (…) le « figuratif ».
Jean Tardieu, « La Galerie ou comment parler de peinture », La Comédie de la comédie, Éd. Gallimard.




Dans le texte qui suit, chaque lettre correspond à une indication de
mise en scène qui a été supprimée. Retrouvez-la dans la liste proposée.

Le Général, (A). - Émile!
Émile, (B). - Mon général?
Le Général. - Vous n’avez pas vu le lieutenant Corignon?
Émile. - Si, mon général! il montait en voiture avec madame Petypon.
Petypon. - Hein?...
Le Général, (C). - Qu’est-ce que vous dites?... avec madame Petypon?...
Corignon?... (D) C’est bien! Allez! (E) Tu as entendu? Il a enlevé ta
femme!
Petypon, (F). - C’est vrai?
Georges FEYDEAU, La Dame de chez Maxim’s, acte II, scène 13, 1899

Didascalies à insérer :
(..) : bondissant; (..) : appelant en voyant Émile en train de traverser
la terrasse; (..) : a un sursaut des épaules, puis, joignant les mains,
dans un transport de joie; faisant immédiatement demi-tour à l’appel de
son nom; : brusquement, faisant pirouetter Émile par les épaules; à
Petypon, tandis qu’Émile se sauve par la porte de gauche.


Beaumarchais, Le mariage de Figaro, 1783


Les personnages

LE COMTE ALMAVIVA, grand corregidor d’Espagne
LA COMTESSE, sa femme
FIGARO, valet de chambre du Comte et concierge du château
SUZANNE, première camariste de la Comtesse et fiancée de Figaro
MARCELINE, femme de charge
ANTONIO, jardinier du château, oncle de Suzanne et père de Fanchette
FANCHETTE, fille d’Antonio
CHERUBIN, premier page du comte
BARTHOLO, médecin de Séville
BAZILE, maître de clavecin de la Comtesse
…………….

ACTE PREMIER

Le théâtre représente une chambre à demi démeublée ; un grand fauteuil
de malade est au milieu. Figaro, avec une toise , mesure le plancher.
Suzanne attache à sa tête, devant une glace, le petit bouquet de fleur
d’orange appelé chapeau de la mariée.

SCÈNE PREMIÈRE. — FIGARO, SUZANNE.

FIGARO.—Dix neuf pieds sur vingt six .
SUZANNE.—Tiens, Figaro, voilà mon petit chapeau: le trouves tu mieux ainsi ?
FIGARO lui prend les mains. Sans comparaison, ma charmante. Oh! que ce
joli bouquet virginal, élevé sur la tête d’une belle fille, est doux,
le matin des noces, a l’œil amoureux d’un époux!...
SUZANNE se retire.—Que mesures tu donc là, mon fils ?
FIGARO.—Je regarde, ma petite Suzanne, si ce beau lit que Monseigneur nous donne aura bonne grâce ici.
SUZANNE.—Dans cette chambre?
FIGARO. — Il nous la cède.
SUZANNE.—Et moi je n’en veux point.
FIGARO. — Pourquoi ?
SUZANNE.— Je n’en veux point.
FIGARO. — Mais encore ?
SUZANNE.—Elle me déplaît.
FIGARO.—On dit une raison.
SUZANNE.—Si je n’en veux pas dire?
FIGARO.—Oh! quand elles sont sûres de nous!!
SUZANNE.—Prouver que j’ai raison serait accorder que je puis avoir tort. Es tu mon serviteur, ou non?
FIGARO.—Tu prends de l’humeur contre la chambre du château la plus
commode, et qui tient le milieu des deux appartements. La nuit, si
Madame est incommodée, elle sonnera de son côté, zeste ! en deux pas tu
es chez elle. Monseigneur veut il quelque chose ? Il n’a qu’à tinter du
sien, crac! en trois sauts me voilà rendu.
SUZANNE.—Fort bien! Mais quand il aura tinté le matin, pour te donner
quelque bonne et longue commission, zeste! en deux pas, il est à ma
porte, et crac! en trois sauts...
FIGARO.—Qu’entendez vous par ces paroles?
SUZANNE.—Il faudrait m’écouter tranquillement.
FIGARO.—Eh! qu’est ce qu’il y a? bon Dieu!
SUZANNE.—Il y a, mon ami, que, las de courtiser les beautés des
environs, Monsieur le comte Almaviva veut rentrer au château, mais non
pas chez sa femme; c’est sur la tienne, entends tu, qu’il a jeté ses
vues, auxquelles il espère que ce logement ne nuira pas. Et c’est ce que
le loyal Bazile, honnête agent de ses plaisirs et mon noble maître à
chanter, me répète chaque jour, en me donnant leçon.
FIGARO.—Bazile! ô mon mignon, si jamais volée de bois vert, appliquée
sur une échine, a dûment redressé la moelle épinière à quelqu’un...
SUZANNE.—Tu croyais, bon garçon, que cette dot qu’on me donne était pour les beaux yeux de ton mérite ?
FIGARO.—J’avais assez fait pour l’espérer.
SUZANNE.—Que les gens d’esprit sont bêtes!
FIGARO. — On le dit. (…)


HARPAGON (il crie au voleur dès le jardin, et vient sans chapeau)
Au voleur! au voleur! à l’assassin! au meurtrier! Justice, juste ciel!
Je suis perdu, je suis assassiné, on m’a coupé la gorge, on m’a dérobé
mon argent. Qui peut-ce être ? Qu’est-il devenu ? Où est-il ? Où se
cache-t-il ? Que ferai-je pour le trouver? Où courir? Où ne pas courir?
N’est-il point là? N’est-il point ici? Qui est-ce? Arrête. Rends-moi mon
argent, coquin... (Il se prend lui-même par le bras.) Ah! c’est moi.
Mon esprit est troublé, et j’ignore où je suis, qui je suis, et ce que
je fais. Hélas! mon pauvre argent, mon pauvre argent, mon cher ami! on
m’a privé de toi; et puisque tu m’es enlevé, j’ai perdu mon support, ma
consolation, ma joie; tout est fini pour moi, et je n’ai plus que faire
au monde : sans toi, il m’est impossible de vivre. C’en est fait, je
n’en puis plus; je me meurs, je suis mort, je suis enterré.
MOLIÈRE, L’Avare, acte IV, scène 7, 1668


Acte IV, scène 3

La chambre à coucher de Juliette.
Entrent Juliette et la nourrice.

JULIETTE. - Oui, c’est la toilette1 qu’il faut... Mais, gentille
nourrice, laisse-moi seule cette nuit, je t’en prie: car j’ai besoin de
beaucoup prier, pour décider le ciel à sourire à mon existence, qui est,
tu le sais bien, pleine de trouble et de péché.

Entre lady Capulet.

LADY CAPULET. - Allons, êtes-vous encore occupées ? avez-vous besoin de mon aide ?

JULIETTE. - Non, madame; nous avons choisi tout ce qui sera nécessaire
pour notre cérémonie de demain. Veuillez permettre que je reste seule à
présent, et que la nourrice veille avec vous cette nuit; car, j’en suis
sûre, vous avez trop d’ouvrage sur les bras, dans des circonstances si
pressantes.

LADY CAPULET. - Bonne nuit! Mets-toi au lit, et repose; car tu en as besoin. (Lady Capulet sort avec la nourrice.)

JULIETTE. - Adieu!... Dieu sait quand nous nous reverrons. Une vague
frayeur répand le frisson dans mes veines et y glace presque la chaleur
vitale... Je vais les rappeler pour me rassurer.. Nourrice!… qu’a-t-elle
à faire ici? Il faut que je joue seule mon horrible scène. (Prenant la
fiole que Laurence lui a donnée.) À moi, fiole!... Eh quoi! si ce
breuvage n’agissait pas! serais-je donc mariée demain matin?.. Non, non.
Voici qui l’empêcherait... Repose ici, toi. (Elle met un couteau à côté
de son lit.) Et si c’était un poison que le moine m’eût subtilement
administré pour me faire mourir, afin de ne pas être déshonorée par ce
mariage, lui qui m’a déjà mariée à Roméo? J’ai peur de cela; mais non,
c’est impossible: il a toujours été reconnu pour un saint homme... Et
si, une fois déposée dans le tombeau, je m’éveillais avant le moment où
Roméo doit venir me délivrer! Ah! l’effroyable chose! Ne pourrais-je pas
être étouffée dans ce caveau dont la bouche hideuse n’aspire jamais un
air pur, et mourir suffoquée avant que Roméo n’arrive ? Ou même, si je
vis, n’est-il pas probable que l’horrible impression de la mort et de la
nuit jointe à la terreur du lieu... En effet ce caveau est l’ancien
réceptacle où depuis bien des siècles sont entassés les os de tous mes
ancêtres ensevelis; où Tybalt sanglant et encore tout frais dans la
terre pourrit sous son linceul; où, dit-on, à certaines heures de la
nuit, les esprits s’assemblent! Hélas! hélas! n’est-il pas probable que,
réveillée avant l’heure, au milieu d’exhalaisons2 infectes et de
gémissements pareils à ces cris de mandragores3 déracinées que des
vivants ne peuvent entendre sans devenir fous... Oh! si je m’éveille
ainsi, est-ce que je ne perdrai pas la raison, environnée de toutes ces
horreurs ? Peut-être alors, insensée, voudrai-je jouer avec les
squelettes de mes ancêtres, arracher de son linceul Tybalt mutilé, et,
dans ce délire, saisissant l’os de quelque grand-parent comme une
massue, en broyer ma cervelle désespérée! Oh! tenez! il me semble voir
le spectre de mon cousin poursuivant Roméo qui lui a troué le corps avec
la pointe de son épée... Arrête, Tybalt, arrête! (Elle porte la fiole à
ses lèvres.) Roméo! Roméo! Roméo! voici à boire! je bois à toi. (Elle
se jette sur son lit derrière un rideau.)

1. Toilette : les vêtements
2. Exhalaisons : odeurs
3. Mandragores : plante utilisée en sorcellerie



الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://halimb.ba7r.org
fatima ezzahra berri
عضو متّألق
عضو متّألق
avatar

الإسم الحقيقي : فاطمة الزهراء بري
البلد : المغرب

عدد المساهمات : 3767
التنقيط : 33248
العمر : 26
تاريخ التسجيل : 05/09/2010
الجنس : انثى

مُساهمةموضوع: رد: Exercice sur les DIDASCALIES .....Théâtre   الإثنين 24 سبتمبر 2012, 23:41



الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://halimb.ba7r.org/
 
Exercice sur les DIDASCALIES .....Théâtre
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
 :: منتديات المواد الدراسية :: اللغة الفرنسية FRANCAIS :: الثانية اعدادي-
انتقل الى: