LA MAIN DANS LA MAIN : ÉLÈVES + ENSEIGNANTS + PARENTS = ÉDUCATION ASSURÉE
 
البوابةاليوميةس .و .جبحـثقائمة الاعضاءالتسجيلدخولالرئيسية
المواضيع الأخيرة
بحـث
 
 

نتائج البحث
 

 


Rechercher بحث متقدم
احصائيات
هذا المنتدى يتوفر على 8639 عُضو.
آخر عُضو مُسجل هو said fatih فمرحباً به.

أعضاؤنا قدموا 86890 مساهمة في هذا المنتدى في 16902 موضوع
التبادل الاعلاني
احداث منتدى مجاني
روابط مهمة
عدد زوار المنتدى
Maroc mon amour

خدمات المنتدى
تحميل الصور و الملفات

شاطر | 
 

 Téléchargez tous les chapitre du Roma SANS FAMILLE

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
abdelhalim berri
المدير العام
المدير العام


الإسم الحقيقي : Abdelhalim BERRI
البلد : Royaume du Maroc

عدد المساهمات : 17476
التنقيط : 67484
العمر : 56
تاريخ التسجيل : 11/08/2010
الجنس : ذكر

مُساهمةموضوع: Téléchargez tous les chapitre du Roma SANS FAMILLE   الخميس 23 فبراير 2012, 18:32




Voici pour vous tous les chapitres des 2 parties de l'histoire " SANS FAMILLE " d'Hector MALOT.





Auteur : Hector MALOT.
Résumé.
Rémi, l’enfant trouvé, est vendu à Vitalis, un vieux musicien ambulant.
Les voici tous les deux sur les routes, accompagnés de Capi, Dolce, Zerbino,
les chiens savants et Joli-Cœur, le petit singe .
Bientôt, Vitalis meurt et, seul au monde, Rémi recherche sa vraie famille de l’Auvergne à l’Angleterre.
Il rencontre des personnages terrifiants, voleurs ou bourreaux d’enfants, mais il se fait des amis.


Première partie.

Livre 1, Chapitre 01, Au village. (Clic-droit, “Enregistrer sous…”)
Livre 1, Chapitre 02, Un père nouricier.
Livre 1, Chapitre 03, La troupe du senor Vitalis.
Livre 1, Chapitre 04, La maison maternelle.
Livre 1, Chapitre 05, En route.
Livre 1, Chapitre 06, Mes débuts.
Livre 1, Chapitre 07, J'apprend à lire !
Livre 1, Chapitre 08, Par monts et par vaux.
Livre 1, Chapitre 09, Je rencontre un géant chaussé de bottes de 7 lieues !
Livre 1, Chapitre 10, Devant la Justice !
Livre 1, Chapitre 11, En bâteau.
Livre 1, Chapitre 12, Mon premier ami.
Livre 1, Chapitre 13, Enfant trouvé.
Livre 1, Chapitre 14, Neige et loups.
Livre 1, Chapitre 15, Joli-Cœur.
Livre 1, Chapitre 16, Entrée à Paris.
Livre 1, Chapitre 17, Un padrone de la rue de Loursine.
Livre 1, Chapitre 18, Les carrières de Gentilly.
Livre 1, Chapitre 19, Lise.
Livre 1, Chapitre 20, Jardinier.
Livre 1, Chapitre 21, La famille dispersée.

Deuxième partie.

Livre 2, Chapitre 01, En avant.
Livre 2, Chapitre 02, Une ville noire.
Livre 2, Chapitre 03, Rouleur..
Livre 2, Chapitre 04, L'inondation.
Livre 2, Chapitre 05, Dans la remontée.
Livre 2, Chapitre 06, Sauvetage.
Livre 2, Chapitre 07, Une leçon de musique.
Livre 2, Chapitre 08, La vache du prince.
Livre 2, Chapitre 09, Mère Barberin.
Livre 2, Chapitre 10, L’ancienne et la nouvelle famille.
Livre 2, Chapitre 11, Barberin.
Livre 2, Chapitre 12, Recherches.
Livre 2, Chapitre 13, La famille Driscoll.
Livre 2, Chapitre 14, Père et mère honoreras.
Livre 2, Chapitre 15, Capi perverti.
Livre 2, Chapitre 16, Les beaux langes ont menti.
Livre 2, Chapitre 17, Les nuits de Noël.
Livre 2, Chapitre 18, Bob.
Livre 2, Chapitre 19, Le Cygne.
Livre 2, Chapitre 20, Les beaux langes ont dit vrai !
Livre 2, Chapitre 21, En famille !


http://www.chez-geff.fr/SansFamille.htm








عدل سابقا من قبل abdelhalim berri في الجمعة 24 فبراير 2012, 22:01 عدل 1 مرات
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://halimb.ba7r.org
abdelhalim berri
المدير العام
المدير العام


الإسم الحقيقي : Abdelhalim BERRI
البلد : Royaume du Maroc

عدد المساهمات : 17476
التنقيط : 67484
العمر : 56
تاريخ التسجيل : 11/08/2010
الجنس : ذكر

مُساهمةموضوع: رد: Téléchargez tous les chapitre du Roma SANS FAMILLE   الخميس 23 فبراير 2012, 20:05

La fable
Le jeune Rémi est arraché à sa mère adoptive, Mère Barberin par un
accident qui empêche désormais Père Barberin, maçon creusois de gagner
sa vie. L'enfant est loué à un montreur d'animaux savants, Vitalis, qui
l'emmène sur les routes de France. En sa compagnie, il acquiert,
résistance physique, connaissances et sens des responsabilités.
Cependant, le relatif équilibre ne dure pas. La petite troupe est
décimée. Vitalis meurt à Paris. Rémi est recueilli par la famille
Acquin, dont le père,veuf, est un humble jardinier. Ce dernier se voit
bientôt ruiné par une averse de grêle qui détruit sa production. Il est
emprisonné pour dettes. Les enfants sont dispersés auprès des membres de
la famille élargie.
Rémi, à nouveau seul, promet au père Acquin de servir de lien entre les
enfants. Il portera les nouvelles de l'un à l'autre de façon à ce que la
famille demeure soudée. Ses premiers pas l'emmènent vers Alexis,
recueilli par son oncle, mineur. En chemin il retrouve Mattia, un jeune
garçon dont il a fait la connaissance lors de son passage chez Garofoli,
un cruel padrone. Les deux amis décident de s'associer et cheminent,
devenus chanteurs ambulants.
Dans les Cévennes, Rémi, devenu rouleur, est victime d'une inondation
dans la mine. Après plusieurs jours de souffrance, il est sauvé grâce à
l'obstination de l'ingénieur qui propose de le recueillir. Rémi décline
l'offre: il préfère poursuivre sa route, afin de tenir l'engagement pris
auprès du père Acquin.
Revenu auprès de Mère Barberin, il apprend la richesse de ses origines.
Il se rend à Londres où il espère percer le secret de sa naissance.
Abusé par James Milligan, l'oncle paternel, qui, en fait, l'a fait
enlever à la naissance pour s'emparer de sa fortune, il se croit le fils
des Driscoll, une famille de voleurs en compagnie desquels, il
participe à un cambriolage. Il est heureusement sauvé par un ami
saltimbanque alerté par Mattia qui a découvert la supercherie.
Rémi retrouve finalement sa mère, Mme Milligan et son frère, qu'il avait
rencontrés sur une péniche alors qu'il était seul, pendant
l'emprisonnement de Vitalis, dans le sud de la France. Il s'installe
avec eux dans le manoir de ses ancêtres et épouse Lise, la fille cadette
du père Acquin. Il fait venir Mère Barberin et permet à Mattia de
devenir le musicien talentueux qu'il promettait d'être.

L'argument
Roman à destination des enfants. Le romancier y mêle aventure et étude sociale.

Le cadre géographique
La France, l'Angleterre et la Suisse ( voir itinéraire détaillé dans le chapitre Sans Famille)

........................



Sans famille, parution en feuilleton chez Fayard



الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://halimb.ba7r.org
عبدالله ناجح
عضو متّألق
عضو متّألق


الإسم الحقيقي : ABDALLAH NAJIH
البلد : ROYAUME DU MAROC

عدد المساهمات : 12530
التنقيط : 50368
العمر : 22
تاريخ التسجيل : 16/09/2010
الجنس : ذكر

مُساهمةموضوع: رد: Téléchargez tous les chapitre du Roma SANS FAMILLE   الجمعة 24 فبراير 2012, 06:39






كن في الحياة
كعابر سبيل
واترك وراءك كل جميل فنحن في الحياة
مجرد ضيوف
وما على الضيوف
الا الرحيل
۞*•.¸.•*۞*•.¸.•*  ۞لا اله الا الله محمد رسول الله ۞*•.¸.•*۞*•.¸.•*  ۞
 
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://www.halimb.ba7r.org
taliba 12
عضو مميز
عضو مميز


الإسم الحقيقي : ibtissam
البلد : maroc

عدد المساهمات : 79
التنقيط : 18305
العمر : 19
تاريخ التسجيل : 19/12/2011
الجنس : انثى

مُساهمةموضوع: رد: Téléchargez tous les chapitre du Roma SANS FAMILLE   الجمعة 24 فبراير 2012, 14:52

merci monsieur mais moi je veux la resumé


الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
abdelhalim berri
المدير العام
المدير العام


الإسم الحقيقي : Abdelhalim BERRI
البلد : Royaume du Maroc

عدد المساهمات : 17476
التنقيط : 67484
العمر : 56
تاريخ التسجيل : 11/08/2010
الجنس : ذكر

مُساهمةموضوع: رد: Téléchargez tous les chapitre du Roma SANS FAMILLE   الجمعة 24 فبراير 2012, 20:01

CHAPITRE VII .... 7

VII - J'apprends à lire
C’étaient assurément des comédiens du plus grand talent, que ceux qui composaient la troupe du
signor Vitalis - je parle des chiens et du singe -, mais ce talent n’était pas très varié.
Lorsqu’ils avaient donné trois ou quatrereprésentations, on connaissait tout leur répertoire ; ils ne pouvaient
plus que se répéter.
De là résultait la nécessité de ne pas rester longtemps dans une même ville.
Trois jours après notre arrivée à Ussel, il fallut donc se remettre en route.
Où allions-nous ? Je m’étais assez enhardi avec mon maître pour me permettre cette question.
« Tu connais le pays ? me répondit-il en me regardant.
- Non.
- Alors pourquoi me demandes-tu où nous allons ?
- Pour savoir.
- Savoir quoi ? »
Je restai interloqué, regardant, sans trouver un mot, la route blanche qui s’allongeait devant nous au fond d’un vallon boisé.
« Si je te dis, continua-t-il, que nous allons à Aurillac pour nous diriger ensuite sur Bordeaux et de Bordeaux
sur les Pyrénées, qu’est-ce que cela t’apprendra ?
- Mais vous, vous connaissez donc le pays ?
- Je n’y suis jamais venu.
- Et pourtant vous savez où nous allons ? »
Il me regarda encore longuement comme s’il cherchait quelque chose en moi.
« Tu ne sais pas lire, n’est-ce pas ? me dit-il.
- Non.
- Sais-tu ce que c’est qu’un livre ?
Dans un livre que je vais te montrer quand nous nous reposerons, nous trouverons les noms et l’histoire des pays que nous traversons. Des hommes qui ont habité ou parcouru ces pays ont mis dans mon livre ce
qu’ils avaient vu ou appris ; si bien que je n’ai qu’à ouvrir ce livre et à le lire pour connaître ces pays ; je les vois comme si je les regardais avec mes propres yeux ; j’apprends leur histoire comme si on
me la racontait.
- C’est difficile de lire ? demandai-je à Vitalis après avoir marché assez longtemps en réfléchissant.
- C’est difficile pour ceux qui ont la
tête dure, et plus difficile encore pour ceux qui ont mauvaise volonté.
As-tu la tête dure ?
- Je ne sais pas, mais il me semble que, si vous vouliez m’apprendre à lire, je n’aurais pas mauvaise volonté.
- Eh bien, nous verrons ; nous avons du temps devant nous. »
Le lendemain, comme nous cheminions, je vis mon maître se baisser et ramasser sur la route un bout de planche à moitié recouvert par la poussière.
« Voilà le livre dans lequel tu vas apprendre à lire », me dit-il.
Un livre, cette planche ! Je le regardai
pour voir s’il ne se moquait pas de moi. Puis, comme je le trouvai sérieux, je regardai attentivement sa trouvaille.
Comment lire sur cette planche, et quoi lire ?
« Ton esprit travaille, me dit Vitalis en riant.
- Vous voulez vous moquer de moi ?
- Jamais, mon garçon ; la moquerie peut avoir du bon pour réformer un caractère vicieux, mais lorsqu’elle
s’adresse à l’ignorance, elle est une marque de sottise chez celui qui l’emploie. Attends que nous soyons arrivés à ce bouquet d’arbres qui est là-bas ; nous nous y reposerons, et tu verras comment je peux
t’enseigner la lecture avec ce morceau de bois. »
Nous arrivâmes rapidement à ce bouquet d’arbres et, nos sacs mis à terre, nous nous assîmes sur le gazon qui commençait à reverdir et dans lequel des pâquerettes se montraient çà et là.
Alors Vitalis, tirant son couteau de sa poche, essaya de détacher de la planche une petite lame de bois aussi mince que possible. Ayant réussi, il polit cette lame sur ses deux faces, dans toute sa longueur, puis, cela fait, il la coupa en petits carrés, de sorte qu’elle lui donna une douzaine de petits morceaux plats
d’égale grandeur.
« Sur chacun de ces petits morceaux de bois, me ditil, je creuserai demain, avec la pointe de mon
couteau, une lettre de l’alphabet. Tu apprendras ainsi la forme des lettres, et, quand tu les sauras bien sans te tromper, de manière à les reconnaître rapidement à première vue, tu les réuniras les unes au bout
des autres de manière à former des mots. Quand tu pourras ainsi former les mots que je te dirai, tu seras en état de lire dans un livre. »
Bientôt j’eus mes poches pleines d’une collection de petits morceaux de bois, et je ne tardai pas à connaître
les lettres de l’alphabet ; mais, pour savoir lire, ce fut une autre , les choses n’allèrent pas si vite, et il arriva même un moment où je regrettai d’avoir voulu apprendre à lire.
Je dois dire cependant, pour être juste envers moi-même, que ce ne fut pas la paresse qui m’inspira ce regret, ce fut l’amour-propre.
En m’apprenant les lettres de l’alphabet, Vitalis avait pensé qu’il pourrait les apprendre en même
temps à Capi ; puisque le chien avait bien su se mettre les chiffres desheures dans la tête, pourquoi ne s’y mettrait-il pas les lettres ?
Et nous avions pris nos leçons en commun ; j’étais devenu le camarade de classe de Capi, ou le chien était
devenu le mien, comme on voudra. Bien entendu Capi ne devait pas appeler les lettres qu’il voyait, puisqu’il n’avait pas la parole ; mais, lorsque nos morceaux de bois étaient étalés sur l’herbe, il devaitavec sa patte tirer les lettres que notre maître nommait.
Tout d’abord j’avais fait des progrès plus rapides que lui, mais, si j’avais l’intelligence plus
prompte, il avait par contre la mémoire plus sûre : une chose bien apprise était pour lui une chose sue pour toujours ; il ne l’oubliait plus, et, comme il n’avait pas de distractions, il n’hésitait ou ne se trompait jamais.
Alors, quand je me trouvais en faute, notre maître ne manquait jamais de dire :
« Capi saura lire avant Rémi. »
Et le chien, comprenant sans doute, remuait la queue d’un air de triomphe.
« Plus bête qu’une bête, c’est bon dans la comédie, disait encore Vitalis, mais dans la réalité c’est honteux.»
Cela me piqua si bien, que je m’appliquai de tout cour, et, tandis que le pauvre chien en restait à
écrire son nom, en triant les quatre lettres qui le composent parmi toutes les lettres de l’alphabet, j’arrivai enfin à lire dans un livre.
« Maintenant que tu sais lire l’écriture, me dit Vitalis, veux-tu apprendre à lire la musique ?
- Est-ce que, quand je saurai la musique, je pourrai chanter comme vous ? »
Vitalis chantait quelquefois, et sans qu’il s’en doutât c’était une fête pour moi de l’écouter.
« Tu voudrais donc chanter comme moi ?
- Oh ! pas comme vous, je sais bien que cela n’est pas possible, mais enfin chanter.
- Tu as du plaisir à m’entendre chanter ?
- Le plus grand plaisir qu’on puisse éprouver ; le rossignol chante bien, mais il me semble que vous chantez
bien mieux encore. Et puis ce n’est pas du tout la même chose ; quand vous chantez, vous faites de moi ce que vous voulez, j’ai envie de pleurer ou bien j’ai envie de rire, et puis je vais vous dire une chose qui va peut-être vous paraître bête : quand vous chantez un air doux ou triste, cela me ramène auprès de mère Barberin, c’est à elle que je pense, c’est elle que je vois dans notre maison ; et pourtant je ne comprends pas les paroles que vous prononcez, puisqu’elles sont italiennes. »
Je lui parlais en le regardant, il me sembla voir ses yeux se mouiller ; alors je m’arrêtai et lui demandai si
je le peinais de parler ainsi.
« Non, mon enfant, me dit-il d’une voix émue, tu ne me peines pas, bien au contraire, tu me rappelles ma
jeunesse, mon beau temps ; sois tranquille, je t’apprendrai à chanter, et, comme tu as du coeur, toi aussi tu feras pleurer et tu seras applaudi, tu verras... »
Il s’arrêta tout à coup, et je crus comprendre qu’il ne voulait point se laisser aller sur ce sujet. Mais
les raisons qui le retenaient, je ne les devinai point. Ce fut plus tardseulement que je les ai connues, beaucoup plus tard, et dans des circonstances douloureuses, terribles pour moi, que je raconterai
lorsqu’elles se présenteront au cours de mon récit.
Dès le lendemain, mon maîtrefit pour la musique ce qu’il avait déjà fait pour la lecture, c’est-à-dire qu’il recommença à tailler des petits carrés de bois, qu’il grava avec la pointe de son couteau.
Mais cette fois son travail fut plus considérable, car les divers signes nécessaires à la notation de la
musique offrent des combinaisons plus compliquées que l’alphabet.
Afin d’alléger mes poches, il utilisa les deux faces de ses carrés de bois, et, après les avoir rayées toutes
deux de cinq lignes qui représentaient la portée, il inscrivit sur une face la clef de sol et sur l’autre la clef de fa. Puis, quand il eut tout préparé, les leçons commencèrent, et j’avoue qu’elles ne furent pasmoins dures que ne l’avaient été celles de lecture. Plus d’une fois Vitalis, si patient avec ses chiens, s’exaspéra contre moi.
« Avec une bête, s’écriait-il, on se contient parce qu’on sait que c’est une bête, mais toi tu me feras mourir! »
Et alors, levant les mains au ciel dans un mouvement théâtral, il les laissait tomber tout à coup sur ses
cuisses où elles claquaient fortement. Joli-Coeur, qui prenait plaisir àrépéter tout ce qu’il trouvait drôle, avait copié ce geste, et, comme il assistait presque toujours à mes leçons, j’avais le dépit, lorsque
j’hésitais, de le voir lever les bras au ciel et laisser tomber ses mains sur ses cuisses en les faisant claquer.
« Joli-Cœur lui-même se moque de toi ! » s’écriait Vitalis.
Enfin les premiers pas furent franchis avec plus ou moins de peine, et j’eus la satisfaction de solfier un air
écrit par Vitalis sur une feuille de papier.
Ce jour-là il ne fit pas claquer ses mains, mais il me donna deux bonnes petites tapes amicales sur chaque
joue, en déclarant que, si je continuais ainsi, je deviendrais certainement un grand chanteur.
Bien entendu, ces études ne se firent pas en un jour, et, pendant des semaines, pendant des mois, mes poches furent constamment remplies de mes petits morceaux de bois.
D’ailleurs, mon travail n’était pas régulier comme celui d’un enfant qui suit les classes d’une école, et
c’était seulement à ses moments perdus que mon maître pouvait me donner mes leçons.
Il fallait chaque jour accomplir notre parcours, qui était plus ou moins long, selon que les villages étaient
plus ou moins éloignés les uns des autres ; il fallait donner nos représentations partout où nous avions chance de ramasser une recette ; il fallait faire répéter les rôles aux chiens et à M. Joli-Coeur ; il
fallait préparer nous-mêmes notre déjeuner ou notre dîner, et c’était seulement après tout cela qu’il était question de lecture ou de musique,le plus souvent dans une halte, au pied d’un arbre, ou bien sur un tas
de cailloux, le gazon ou la route servant de table pour étaler mes morceaux de bois.
Cette éducation ne ressemblait guère à celle que reçoivent tant d’enfants, qui n’ont qu’à travailler, et qui se plaignent pourtant de n’avoir pas le temps de faire les devoirs qu’on leur donne. Mais il faut bien dire qu’il y a quelque chose de plus important encore que le temps qu’on emploie au travail, c’est l’application qu’on y apporte ; ce n’est pas l’heure que nous passons sur notre leçon qui met cette leçon dans notre mémoire,
c’est la volonté d’apprendre.
Enfin j’appris quelque chose, et en mêmetemps j’appris aussi à faire de longues marches qui ne furent pas moins utiles que les leçons de Vitalis. J’étais un enfant assez chétif quand je vivais avec mère Barberin, et la façon dont on avait parlé de moi le prouve bien ; « un enfant de la ville », avait dit Barberin, « avec des
jambes et des bras trop minces », avait dit Vitalis ; auprès de mon maître et vivant de sa vie en plein air, à la dure, mes jambes et mes bras se fortifièrent, mes poumons se développèrent, ma peau se cuirassa,
et je devins capable de supporter, sans en souffrir, le froid comme le chaud, le soleil comme la pluie, la peine, les privations, les fatigues.
Et ce me fût un grand bonheur que cet apprentissage ; il me mit à même de résister aux coups qui plus d’une fois devaient s’abattre sur moi, durs et écrasants, pendant ma jeunesse.





عدل سابقا من قبل abdelhalim berri في الجمعة 24 فبراير 2012, 22:14 عدل 1 مرات
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://halimb.ba7r.org
هبة بيلا
نائبة المدير
نائبة المدير


الإسم الحقيقي : هبة بيلا
البلد : dima maroc

عدد المساهمات : 959
التنقيط : 24513
العمر : 19
تاريخ التسجيل : 16/09/2010
الجنس : انثى

مُساهمةموضوع: رد: Téléchargez tous les chapitre du Roma SANS FAMILLE   الجمعة 24 فبراير 2012, 21:33

merciiiiiiiiiiiii bcp notre péére



الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
khaoula karkoury
مشرفة عامة
مشرفة عامة


الإسم الحقيقي : خولة كركوري 3/7
البلد : المملكة المغربية

عدد المساهمات : 391
التنقيط : 23462
العمر : 19
تاريخ التسجيل : 16/09/2010
الجنس : انثى

مُساهمةموضوع: رد: Téléchargez tous les chapitre du Roma SANS FAMILLE   الأحد 26 فبراير 2012, 18:26

mrc monsieur





الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
alaa eddine
عضو متّألق
عضو متّألق


الإسم الحقيقي : ALAA EDDINE KENNOU
البلد : MAROC

عدد المساهمات : 9593
التنقيط : 45778
العمر : 20
تاريخ التسجيل : 11/10/2010
الجنس : ذكر

مُساهمةموضوع: رد: Téléchargez tous les chapitre du Roma SANS FAMILLE   الإثنين 27 فبراير 2012, 14:04






                                                       
 


الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://halimb.ba7r.org
khawla haddar3/7
مشرفة
مشرفة


الإسم الحقيقي : khaoula haddar3/7
البلد : maroc

عدد المساهمات : 468
التنقيط : 20111
العمر : 19
تاريخ التسجيل : 17/10/2011
الجنس : انثى

مُساهمةموضوع: رد: Téléchargez tous les chapitre du Roma SANS FAMILLE   الجمعة 09 مارس 2012, 15:13






الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
zineb haddar2/8
عضو متّألق
عضو متّألق


الإسم الحقيقي : zineb haddar
البلد : Maroc

عدد المساهمات : 584
التنقيط : 20410
العمر : 16
تاريخ التسجيل : 01/10/2011
الجنس : انثى

مُساهمةموضوع: رد: Téléchargez tous les chapitre du Roma SANS FAMILLE   الجمعة 09 مارس 2012, 15:42



الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
 
Téléchargez tous les chapitre du Roma SANS FAMILLE
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
COEUR DE PERE  :: منتديات المواد الدراسية :: اللغة الفرنسية FRANCAIS :: الثالثة اعدادي-
انتقل الى: