البوابةالتسجيلدخولالرئيسية
المواضيع الأخيرة
» Apprenez a creer votre site web
أمس في 12:21 من طرف GreenFire

» la conjugaison du verbe résoudre
الثلاثاء 25 نوفمبر 2014, 12:51 من طرف hilda

» Le récit de vie à la 1er personne "l'autobiographie"
الأحد 23 نوفمبر 2014, 23:22 من طرف abdelhalim berri

» L'imparfait & le passé simple ....les 2 temps du récit
الأحد 23 نوفمبر 2014, 23:10 من طرف abdelhalim berri

» Le récit AUTOBIOGRAPHIQUE ou l'AUTOBIOGRAPHIE
الأحد 23 نوفمبر 2014, 22:48 من طرف abdelhalim berri

» LANGUE Les temps du récit IMPARFAIT / PASSE SIMPLE (la narration)o
الأحد 23 نوفمبر 2014, 22:42 من طرف abdelhalim berri

» Les histoires drôles / Des anecdotes / Des blagues
الأحد 23 نوفمبر 2014, 21:40 من طرف abdelhalim berri

»  دروس و تمارين و فروض و امتحانات 1BAC sciences maths
الأحد 23 نوفمبر 2014, 18:27 من طرف abdellah touahri

»  Vidéo: La correspondance personnelle
السبت 22 نوفمبر 2014, 15:05 من طرف ouma 2

»  أحلى ألغاز
الجمعة 21 نوفمبر 2014, 14:21 من طرف lamyaa lamrabti

بحـث
 
 

نتائج البحث
 
Rechercher بحث متقدم
التبادل الاعلاني
احداث منتدى مجاني
عدد زوار المنتدى

.: عدد زوار المنتدى :.

روابط مهمة
الموارد البشرية

La Presse Marocaine

le matin

l'opinion

la map

المنتخب

aujourd hui le maroc

al3alam

telquel

التجديد

الأحداث المغربية

morocco sport

la gazitte

المساء

sayitadi al arabia

جريدة الصباح

Economiste

liberation

الصحراء المغربية

al Bayane

جريدة بيان اليوم

جريدة النخبة

Morocco Daily

جريدة الإتحاد الإشتراكي

جريدة التجديد

جريدة النهار المغربية

جريدة الحكة الشعبية

جريدة الرياضة

خدمات المنتدى
تحميل الصور و الملفات
شاطر | 
 

 la Nouvelle LA MOUCHADOU

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
abdelhalim berri
المدير العام
المدير العام


الإسم الحقيقي : Abdelhalim BERRI
البلد: Royaume du Maroc

عدد المساهمات: 17073
تاريخ التسجيل: 11/08/2010
الجنس: ذكر

مُساهمةموضوع: la Nouvelle LA MOUCHADOU   الأحد 25 ديسمبر 2011, 21:46

La Mouchadou

1. On l’appelait la Mouchadou…

On
l’appelait la Mouchadou et vous allez comprendre pourquoi. Elle devait
avoir douze ans mais paraissait en avoir huit ou neuf. Elle était petite
et maigre et on voyait mal son visage sous ses longs cheveux noirs. Un
peu sauvage, elle sautait de rocher en rocher avec un petit
bourdonnement de mouche. La Mouchadou était sourde et muette.
Á cette
époque, dans les villages, il y avait souvent une personne un peu
simplette ou folle. On l’acceptait, elle faisait partie du village mais
les enfants la tourmentaient sans réfléchir. Nous aussi, nous faisions
la même chose. Oui, bien sûr, la pauvre Mouchadou n’était pas folle mais
elle ne pouvait pas parler. Elle était différente et, pour cette
raison, nous la tourmentions comme nous tourmentions un chat, des
fourmis, une mouche… Et peut-être aussi que nous avions peur d’elle et
de ses grands yeux noirs où nous pouvions lire le malheur.
Angéline
Carrel, l’institutrice, faisait son possible pour la Mouchadou. Elle la
prenait après la classe, lui montrait des mots. Mais nous étions en 1925
ou 1926, nous habitions à La Cluse, petit village des Alpes, et on ne
connaissait pas les méthodes modernes pour aider les enfants comme la
Mouchadou. L’institutrice était, après le curé et le maire, une personne
que tout le monde respectait. Elle nous parlait des sciences et de
l’orthographe mais aussi des choses du monde, de la vie, de la santé.
Quand elle voyait un « grand » dans un coin avec une cigarette, il
devait conjuguer cette phrase à l’imparfait et au passé composé : « Je
ruine ma santé, je perds mon argent, je désobéis à mes parents et je
fais de la peine à mon institutrice. » Les parents devaient signer le
tout, alors, vous voyez le problème.
Angéline Carrel nous parlait
aussi de la Mouchadou, de sa solitude. Elle utilisait des images
terribles que nous comprenions d’abord mais que nous oubliions vite, une
fois en groupe.
Ma vie, c’était la vie des garçons du village.
J’avais treize ans, j’allais à l’école, je travaillais déjà beaucoup aux
champs. En été, je gardais les moutons, seul dans la montagne. Je
restais des semaines loin de tout et, quand le besoin de parler et
d’entendre une voix devenait trop fort, je pensais à la Mouchadou. Alors
je criais pour entendre le son de ma voix. En novembre, la neige
fermait la vallée, mais elle avait pour nous cet avantage : nous avions
enfin un peu de temps, et nous pouvions jouer.
Le plus beau jour de
l’année, c’était le jour de la fête du village, le premier juillet. On
dansait, on mangeait de bons gâteaux. La fête finissait tard dans la
nuit et quand les parents étaient au lit, les garçons du village
transportaient une charrette au sommet d’un rocher au-dessus du village.
Ce n’était pas facile dans l’obscurité. Mais au matin, le propriétaire
de la charrette pouvait voir en haut les deux bras de sa charrette et on
l’entendait crier dans le village : « Ah ! bande de sacripants ! Ah,
vauriens ! »

(à suivre)
Observons
1. Dites si les affirmations suivantes sont vraies ou fausses
A. La Mouchadou a neuf ans, mais elle en paraît douze.
B. Angéline Carrel a 25 ou 26 ans.
C. L’institutrice fait conjuguer les punitions au futur simple.
D. Les parents approuvent les punitions données par l’institutrice.
E. Le narrateur garde les moutons l’été dans la montagne.
F. La fête annuelle du village a lieu à la fin du mois d’août.

Réfléchissons
2. D’où vient le surnom de la Mouchadou ?
3. Comment la fillette est-elle acceptée par les adultes ?
4. Pourquoi les enfants la tourmentent-ils ?
5. Qui aide la fillette ? De quelle manière ?
6. Pourquoi l’institutrice est-elle une personnalité importante du village ?
7. Qu’apprenons-nous du narrateur ?
8. Quelles sont ses occupations successives dans l’année ?
9. Quel est le plus grand événement de l’année au village ?
10. Á quel jeu se livrent les garçons à cette occasion ?

Approfondissons
11.
Dans lequel des deux présentations suivantes a-t-on utilisé les
caractères gras pour marquer le premier plan du récit ? Justifiez votre
réponse.

A. L’institutrice
était, après le curé et le maire, une personne que tout le monde
respectait. Elle faisait son possible pour la Mouchadou. Elle la prenait
après la classe, lui montrait les mots.
Un jour, elle nous a parlé de la solitude de la fillette. Elle a
utilisé des images terribles que nous avons comprises sur le moment mais
que nous avons vite oubliées, une fois en groupe. Peut-être avions-nous un peu peur de la Mouchadou et de ses grands yeux noirs où nous pouvions lire le malheur.

B. L’institutrice était, après le curé et le maire, une personne que
tout le monde respectait. Elle faisait son possible pour la Mouchadou.
Elle la prenait après la classe, lui montrait les mots. Un
jour, elle nous a parlé de la solitude de la fillette. Elle a utilisé
des images terribles que nous avons comprises sur le moment mais que
nous avons vite oubliées, une fois en groupe. Peut-être avions-nous un peu peur de la Mouchadou et de ses grands yeux noirs où nous pouvions lire le malheur.

12. Dans le texte précédent, quel temps est utilisé pour le premier plan du récit ? pour l’arrière-plan ?
13. Reportez-vous au texte de Jean Pailloux : quel temps verbal est utilisé ? Qu’en concluez-vous ?
14. Quel événement pourrait survenir pour commencer une histoire ? Imaginez une ou plusieurs suites possibles.

Retenons
La nouvelle est un récit court, qui tient en quelques pages.
Á la différence du conte, récit merveilleux, la nouvelle rapporte une histoire vraisemblable.
Á
la différence du fait divers, la nouvelle développe les
caractéristiques des personnages : portrait physique, qualités, défauts,
vie passée…
La nouvelle n’est pas le résumé d’un récit plus long :
l’auteur a choisi de porter l’attention sur un seul personnage et de
concentrer les événements en quelques jours, ou même quelques heures.
La Mouchadou

2. Il était une heure…

Nous
étions en juillet 1926. Comme d’habitude, la fête finissait en
chansons, les gens rentraient chez eux. Il était une heure du matin
quand Étienne a eu cette idée diabolique…
« Cette année, on va tirer
la charrette du père Roux sur le rocher, mais on va faire beaucoup
mieux… Demain le vieux va découvrir… une fille sur sa charrette !
— Une fille ? Tu ne veux pas emmener une fille là-haut ? a demandé François.

Si ! On va laisser une fille sur la charrette. On va l’attacher, bien
sûr. Je crois qu’on va bien rire. Imaginez demain la tête du père Roux…

Mais enfin, ont protesté Michel et François, elle va avoir froid, et
puis pense à ses parents, elle va les appeler, ils vont en faire des
histoires !
— Froid ? Vous croyez ? Une nuit à la belle étoile en
juillet, ce n’est pas un malheur ! Et on lui laisse une couverture, moi
je veux bien. Et puis je connais une fille qui ne peut pas appeler, qui
ne peut rien raconter à ses parents… La Mouchadou ! »
L’idée ne me
plaisait pas trop et j’ai hésité un moment. Mais j’étais le plus jeune
du groupe et je faisais partie du « coup » de la charrette pour la
première fois. La Mouchadou était encore là. Elle regardait les filles
qui dansaient entre elles. Alors, Étienne est allé vers elle, puis il
l’a prise par la main et la petite l’a regardé avec de grands yeux. Ils
sont venus vers nous et Étienne a dit à la Mouchadou : « On va faire une
blague au père Roux, tu viens avec nous. » Alors, Michel et François
sont allés chercher la charrette du père Roux qui dormait sur ses deux
oreilles et l’escalade a commencé : Étienne et François poussaient la
charrette, Michel la tirait et moi je tenais la Mouchadou par la main.
De temps en temps, elle me regardait et je devinais son regard inquiet
dans la nuit. Elle pouvait m’échapper mais ne le faisait pas. Pourquoi ?
Que pensait la Mouchadou ? Est ce qu’elle ne comprenait pas encore
notre idée ? Est-ce qu’elle n’osait rien faire ? Peut-être qu’elle
voulait faire partie de notre aventure, peut-être qu’elle ne voulait
plus être seule…
Nous avons mis une heure pour arriver au sommet du
rocher. Là, nous avons attaché la Mouchadou sur la charrette. Elle ne
pleurait pas, elle ne criait pas mais on entendait le bourdonnement un
peu fou de sa respiration et je sentais en elle une peur violente.
« N’aie pas peur, a dit Michel, tu ne risques rien…
— Elle ne t’entend pas a dit Étienne, partons. »



الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://halimb.ba7r.org
abdelhalim berri
المدير العام
المدير العام


الإسم الحقيقي : Abdelhalim BERRI
البلد: Royaume du Maroc

عدد المساهمات: 17073
تاريخ التسجيل: 11/08/2010
الجنس: ذكر

مُساهمةموضوع: رد: la Nouvelle LA MOUCHADOU   الأحد 25 ديسمبر 2011, 22:02

Une histoire de Jean Pailloux
On l'appelait la Mouchadou et vous allez comprendre pourquoi. Elle
devait avoir 12 ans mais paraissant en avoir huit ou neuf. Elle était
petite et maigre et on voyait mal son visage sous les longs cheveux
noirs. Un peu sauvage, elle sautait de rocher en rocher avec un petit
bourdonnement de mouche. La Mouchadou était sourde et muette.

A cette époque, dans les villages, il y avait
souvent uns personne un peu simplette ou folle. On l'acceptait, elle
faisait partie du village mais les enfants la tourmentaient sans réfléchir. Nous aussi, nous faisions la même chose. Oui, bien sûr, la
pauvre Mouchadou n'était pas folle mais elle ne pouvait pas parler. Elle
était différent et pour cette raison , nous la tourmentions comme nous
tourmentions un chat, des fourmis, une mouche...
Et peut-être aussi que nous avions un peu peur d'elle et de ses grands yeux noirs où nous pouvions lire et malheur.

Angeline Carrel, l'institutrice, faisait son
possible pour la Mouchadou. Elle la prenait après la classe, lui
montrait des mots. Mais nous étions en 1925 ou 1926,nous habitions a La
Cluse, un petit village des Alpes, et on ne connaissait pas les méthodes
modernes pour aider les enfants comme la Mouchadou. L'institutrice
était, après le cure et le maire, une personne que tout le monde
respectait. Elle nous parlait des sciences et le l'orthographe mais
aussi des choses du monde, de la vie, de la santé. Quand elle voyait un
<> dans un coin avec une cigarette, il devait
conjuguer cette phrase à l'imparfait et au passé composé: << Je
ruine ma santé, je perds mon argent, je désobéis à mes parents et fais
de la peine à mon institutrice.>> Les parents devaient signer le
tout, alors, vous voyez le problème.

Angeline Carrel nous parlait aussi de la
Mouchadou, de la solitude. Elle utilisait des images terribles que nous
comprenions d'abord mais que nous oubliions vite, une fois en groupe.
Ma vie, c'était la vie des garcons du village. J'avais 13 ans, j'alleis à
L'école, je travaillais déjà beaucoup aux champs. en été, je gardais
les moutons, seul dans la montagne. Je restais des semaines loin de tout
et, quand le besoin de parler et d'entendre unw voix devenait trop
fort, je pensais à la Mouchadou. Alors, je criais pour entendre l'écho
de ma voix. en novembre, la neige fermait la vallée, mais elle avait
pour nous cet avantage: nous avions enfin un peu de temps, et nous
pouvions jouer.

Le plus beau jous de l'année, c'était le jour de
la f°ete du village, le premier juillet. On dansait, on chantait, on
mangeait de bons gâteaux. La fête finissait tard dans la nuit et quand
les parents étaient au lit, les garcons du village transportaient une
charrete au sommet d'un rocher au-dessus du village. Ce n'était pas
facile dans l'obscurité. Mais au matin, le propriétaire de la charrette
pouvait voir en-haut les deux bras de sa charrette et on l'entendait
crier dans le village: <vauriens!>>



الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://halimb.ba7r.org
alaa eddine
عضو متّألق
عضو متّألق


الإسم الحقيقي : ALAA EDDINE KENNOU
البلد: MAROC

عدد المساهمات: 9598
تاريخ التسجيل: 11/10/2010
الجنس: ذكر

مُساهمةموضوع: رد: la Nouvelle LA MOUCHADOU   الثلاثاء 27 ديسمبر 2011, 11:41








                                                       
 


الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://halimb.ba7r.org
abdelhalim berri
المدير العام
المدير العام


الإسم الحقيقي : Abdelhalim BERRI
البلد: Royaume du Maroc

عدد المساهمات: 17073
تاريخ التسجيل: 11/08/2010
الجنس: ذكر

مُساهمةموضوع: رد: la Nouvelle LA MOUCHADOU   الأربعاء 28 ديسمبر 2011, 23:19




الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://halimb.ba7r.org
alaa eddine
عضو متّألق
عضو متّألق


الإسم الحقيقي : ALAA EDDINE KENNOU
البلد: MAROC

عدد المساهمات: 9598
تاريخ التسجيل: 11/10/2010
الجنس: ذكر

مُساهمةموضوع: رد: la Nouvelle LA MOUCHADOU   الخميس 29 ديسمبر 2011, 10:20





                                                       
 


الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://halimb.ba7r.org
mounir_waguaf 3//7
عضو متّألق
عضو متّألق


الإسم الحقيقي : MOUNIR WAGUAF
البلد: MAROC

عدد المساهمات: 175
تاريخ التسجيل: 29/11/2011
الجنس: ذكر

مُساهمةموضوع: رد: la Nouvelle LA MOUCHADOU   الجمعة 30 ديسمبر 2011, 22:19






الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
 

la Nouvelle LA MOUCHADOU

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
COEUR DE PERE  ::  ::  :: -